Une famille, un village, une nation : la parenté dans Charlevoix : 1900-1960

Une famille, un village, une nation : la parenté dans Charlevoix : 1900-1960

Une famille, un village, une nation : la parenté dans Charlevoix : 1900-1960

Une famille, un village, une nation : la parenté dans Charlevoix : 1900-1960s

| Ajouter

Référence bibliographique [6818]

Collard, Chantal. 1999. Une famille, un village, une nation : la parenté dans Charlevoix : 1900-1960. Montréal: Boréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Donner une image que pouvait prendre le fonctionnement de la parenté dans la paroisse rurale de Cap-St-Michel dans Charlevoix (nom fictif) avant l’époque de la Révolution tranquille. »

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Entretiens avec de nombreux habitants;
- Examen des archives locales;
- Saisie informatisée des données nominales de l’état civil pour la période 1900-1960.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Ce livre porte sur la parenté comme elle a été - et est encore - vécue dans la région de Charlevoix. En dépit de la connaissance ’familière’ que nous croyons en avoir - chacun de nous n’est-il pas né, n’a-t-il pas grandi dans une famille à laquelle ses sentiments les plus profonds l’attachent? - peu d’institutions posent des problèmes aussi divers et d’une aussi grande complexité que la famille et la parenté. C’est à une nouvelle lecture de ces thèmes dans un village du comté de Charlevoix avant les années 1960 que ce livre invite. On suit le fil conducteur des principales questions de parenté qui structurent cette communauté ainsi que les transformations qu’elle a subies au cours du temps. On met en évidence les lignes de force de la parenté, mais aussi ses incohérences, ainsi que la relation intime qui lie la parenté charnelle au système ecclésial et à la parenté spirituelle. On y montre enfin comment le système de parenté a contribué à la survie d’une culture régionale, voire nationale, forte. C’est donc le portrait d’une communauté et, partant, de tout le Québec d’avant la Révolution tranquille que trace ici Chantal Collard. » (4e de couverture)