Étude des associations entre le développement cognitif et la qualité de l’environnement familial dans la population Inuit du Nunavik

Étude des associations entre le développement cognitif et la qualité de l’environnement familial dans la population Inuit du Nunavik

Étude des associations entre le développement cognitif et la qualité de l’environnement familial dans la population Inuit du Nunavik

Étude des associations entre le développement cognitif et la qualité de l’environnement familial dans la population Inuit du Nunaviks

| Ajouter

Référence bibliographique [6758]

Faucher, Charlotte. 1999. «Étude des associations entre le développement cognitif et la qualité de l’environnement familial dans la population Inuit du Nunavik». Mémoire de maîtrise, Sainte-Foy,Québec, Université laval, École de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Vérifier les possibilités d’associations entre la qualité de l’environnement familial et le développement cognitif.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Quarante-huit dyades mère-enfant, ayant complété les évaluations lors de la réalisation du mémoire composent l’échantillon. Les sujets proviennent des localités du Nunavik, au nord du Québec. Les communautés sont sélectionées en considérant la concentration de la population sur le territoire nordique. Dix-sept dyades proviennent de Povungnituk, 26 proviennent d’Inukjuak et cinq autres de Kuujjuarapik. » (p. 32)

Instruments :
- Bayley Scales of Infants Developpement, second edition (BSID-II) (Bayley, 1993);
- Home Observation for Measurement of the Environnement Inventory (HOME) (Caldwell & Bradley, 1984);
- Index de Hollingshead (Holingshead, 1973);
- Standard Progressive Matrices (SPM) (Raven et al., 1992);
- Questionnaires sur la consommation d’alcool, de drogues et du tabac (Jacobson & Muckle, 1996).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Depuis plusieurs décennies, les recherches américaines traitant du développement de l’enfant se sont intéressées aux associations entre la qualité de l’environnement familial et le développement cognitif. Plus récemment, les travaux américains s’appliquent à mieux circonscrire ces associations en considérant l’appartenance ethnique des participants. Cet intérêt suscite une prolifération de travaux dans la population mondiale. La présente recherche s’inscrit dans ce courant. Elle vise à vérifier la présence d’associations entre la qualité de l’environnement familial, mesuré au moyen de HOME, et le développement cognitif chez 48 enfants inuits vivant au Nunavik et âgés entre 44 et 57 semaines. Trois mesures de performance cognitive sont utilisées, le MDI, le degré de vigilance et la notion de permanence de l’objet. Les résultats révèlent une association entre le niveau d’acceptation maternel et la permanence de l’objet. Les résultats sont interprétés dans une optique psycho-anthropologique. » (résumé)