Caractéristiques du dessin de famille et niveau d’organisation de la personnalité chez des enfants de 5 à 7 ans

Caractéristiques du dessin de famille et niveau d’organisation de la personnalité chez des enfants de 5 à 7 ans

Caractéristiques du dessin de famille et niveau d’organisation de la personnalité chez des enfants de 5 à 7 ans

Caractéristiques du dessin de famille et niveau d’organisation de la personnalité chez des enfants de 5 à 7 anss

| Ajouter

Référence bibliographique [6756]

Fontaine, David. 1999. «Caractéristiques du dessin de famille et niveau d’organisation de la personnalité chez des enfants de 5 à 7 ans». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Québec, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Questions/Hypothèses :
« L’hypothèse principale : les sujets à l’organisation limite et les sujets à l’organisation névrotique vont produire un dessin de famille qui tient compte de leur niveau d’organisation, les premiers ayant recours à des caractéristiques dites primaires et les seconds, à des caractéristiques dites évoluées.
La première hypothèse secondaire : contrairement aux enfants à organisation névrotique, les enfants à organisation limite utiliseront au moins trois des six caractéristiques suivantes dans leur dessin de famille :
1) les personnages seront dessinés sans qu’il soit tenu compte de la différenciation sexuelle;
2) le support identitaire apparaîtra en premier ou en dernier ou bien il n’apparaîtra pas du tout;
3) si le support identitaire est présent, il sera très grand ou très petit par rapport aux autres et par rapport à la réalité;
4) il y aura proximité ou éloignement conflictuel d’avec la mère par rapport à un rival affectif (présumément anaclitique);
5) il y aura élimination du père ou d’une soeur ou d’un frère plus petit;
6) l’activité évoquée aura un caractère oral ou anal.
La deuxième hypothèse secondaire : contrairement aux enfants à l’organisation limite, les enfants à organisation névrotique utiliseront au moins trois des six caractéristiques plus évoluées suivantes dans leur dessin de famille :
1) les personnages seront dessinés en tenant compte de la différenciation sexuelle;
2) le support identitaire aura une dimension réaliste par rapport aux grands ou encore il sera de même grandeur que le rival de même sexe;
3) le support identitiare et le parent de sexe différent apparaîtront avant le parent de même sexe ou encore le support identitaire n’apparaît pas;
4) il y aura proximité avec le parent de sexe différent par rapport au parent rival ou insertion du support identitaire entre le père et la mère;
5) il y aura élimination du parent de sexe différent;
6) l’activité évoquée aura un caractère libidinal.
La troisième hypothèse secondaire : il n’y aura pas de différence entre les garçons et les filles dans l’utilisation des caractéristiques au niveau des deux organisations de la personnalité. » (p. 53)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La population ciblée est celle d’enfants âgés de 5 ou 6 ans. L’échantillon de base [...] a été réduit à 4 [sujets] après la répartition des sujets dans chacun des deux niveaux de fonctionnement psychique qui constituent la variable indépendante. Il s’agit d’enfants appartenant à un milieu socio-économique plutôt moyen, de niveau préscolaire, qui proviennent de deux écoles de quartier de la ville de L’Assomption. » (p. 56)

Instruments :
- Children’s Aperception Test (CAT; Bellak, 1954);
- House-Tres-Person (H-T-P; Buck, 1948);
- Analyse du rêve;
- Dessin de famille.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’organisation de la personnalité de l’enfant est reliée à un niveau particulier de développement. Dans la perspective psychanalytique, le développement de l’enfant traverse d’abord une phase symbiotique marquée par l’indifférenciation de l’ensemble mère-bébé; l’enfant se différenciera petit à petit; optimalement il en viendra éventuellement à se vivre comme un être à part. Au cours de la troisième année, il traversera une étape dans laquelle il fortifiera son identité et son narcissisme. Fort de cette expérience, il poursuivra son développement à travers l’œdipe, où l’enjeu devient l’amour du parent de sexe opposé au détriment du parent du même sexe. Le fait que l’enfant traverse ou ne traverse pas ce cheminement a une incidence directe sur son niveau de fonctionnement affectif, lequel risquera dès lors d’être plus (névrotique) ou moins évolué (limite). Mais ce mode de fonctionnement influence-t-il à son tour chacun des gestes du sujet, chacune de ses productions, y compris ses productions graphiques? Cette recherche a pour objectif de vérifier la relation pouvant exister entre des caractéristiques distinctives du Dessin de la famille selon les niveaux d’organisations limite et névrotique de la personnalité. Elle vise également à vérifier dans quelle mesure cette relation peut résister au jeu de la variable sexuelle. Pour vérifier les hypothèses, 56 sujets ont été utilisés (21 garçons et 35 filles âgés entre 5 et 6 ans). Ils ont d’abord été classés par deux juges selon leur mode de fonctionnement, le CAT, le HTP et le rêve raconté étant les outils diagnostiques utilisés. Certains sujets ont été écartés. Ceux pour lesquels les juges pouvaient avoir quelque doute quant au diagnostic et ceux dont le Dessin de la famille était jugé incomplet. L’analyse des dessins de la famille fut ensuite effectuée pour les 46 cas restants. Les résultats confirment l’hypothèse selon laquelle les sujets limites et les sujets névrotiques produisent un Dessin de la famille qui tient compte de leur niveau d’organisation. Ainsi, les sujets anaclitiques ont significativement plus tendance à utiliser les caractéristiques graphiques primaires que ne le font les sujets névrotiques. Parallèlement, ces derniers sujets ont significativement plus tendance à utiliser les caractéristiques graphiques évoluées que ne le font les sujets anaclitiques. Les résultats démontrent en outre que cette relation se maintient assez bien chez les garçons et chez les filles; elle semble même s’accentuer chez ces dernières, un résultat qui a été attribué en bonne partie à leur surnombre dans l’échantillon. » (pp. ii-iii)