Efficacité d’une intervention de groupe de courte durée auprès d’adolescentes agressées sexuellement

Efficacité d’une intervention de groupe de courte durée auprès d’adolescentes agressées sexuellement

Efficacité d’une intervention de groupe de courte durée auprès d’adolescentes agressées sexuellement

Efficacité d’une intervention de groupe de courte durée auprès d’adolescentes agressées sexuellements

| Ajouter

Référence bibliographique [67]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [L]a présente étude évalue les effets d’une intervention de groupe de neuf rencontres pour adolescentes ayant vécu des agressions sexuelles, en observant les changements statistiquement et cliniquement significatifs. Elle vise aussi à combler certaines lacunes méthodologiques relevées dans la littérature. » (p. 101)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’étude repose sur un devis quasi expérimental comportant deux temps de mesures (pré-test et post-test). Initialement, le groupe expérimental se compose d’adolescentes prises en charge par les services de protection de la jeunesse et ayant participé à une intervention en groupe fermé, d’une durée variant entre huit et 10 rencontres hebdomadaires de deux heures chacune. [...] Le groupe de comparaison est constitué d’adolescentes prises en charge par les services de protection de la jeunesse dans une région autre que celle du groupe expérimental, mais qui n’ont pas participé à une intervention de groupe. Toutefois, les deux groupes recevaient des services réguliers de la part de leur Centre jeunesse respectif [...]. » (p. 102) « Les adolescentes ont été recrutées entre 2002 et 2006, à un moment ou l’autre de leur prise en charge par les services de protection de la jeunesse. [...] Au total, 21 adolescentes, à partir desquelles les analyses seront effectuées, ont suivi entièrement la thérapie et ont participé aux deux temps de mesures. [...] Le groupe de comparaison se compose de 18 adolescentes n’ayant reçu aucun traitement de groupe. » (p. 102)

Instruments :
Les adolescentes qui ont participé à la recherche ont répondu à une douzaine de questionnaires.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Notre étude confirme donc ce que plusieurs recherches ont démontré, à savoir que la thérapie de groupe peut atténuer certains symptômes associés aux agressions sexuelles (voir les recensions de Finkelhor et Berliner (1995) et de Paquette et al. (2008)). Toutefois, plusieurs défis demeurent, et les prochaines études évaluatives devraient comparer la durée des thérapies de façon à préciser les caractéristiques de l’intervention (durée, fréquence, intensité, etc.) liées à une meilleure efficacité du traitement. De plus, d’autres questions doivent être résolues pour améliorer les services thérapeutiques offerts aux adolescentes agressées sexuellement : 1) est-ce que les effets du traitement se maintiennent dans le temps ? 2) quelles sont les caractéristiques des adolescentes qui bénéficient davantage de l’intervention ? 3) et quelles sont les caractéristiques des adolescentes qui abandonnent le traitement ? » (p. 112) La qualité de la relation parent/adolescentes est analysée par les chercheurs. L’intervention de groupe étudiée tient aussi compte des parents, agresseurs ou non agresseurs.