Introduction. Difficultés vécues dans de nouvelles structures familiales : état des recherches récentes

Introduction. Difficultés vécues dans de nouvelles structures familiales : état des recherches récentes

Introduction. Difficultés vécues dans de nouvelles structures familiales : état des recherches récentes

Introduction. Difficultés vécues dans de nouvelles structures familiales : état des recherches récentess

| Ajouter

Référence bibliographique [6686]

Jutras, Sylvie. 1999. «Introduction. Difficultés vécues dans de nouvelles structures familiales : état des recherches récentes». Dans Familles en transformation. Récits de pratique en santé mentale , sous la dir. de Comité de la santé mentale du Québec, p. 1-15. Québec: Gaëtan Morin éd.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre but est de fournir une toile de fond pour mieux comprendre les diverses situations qui conduisent des individus à consulter pour résoudre des difficultés semblables à celles qui sont passées en revue ici. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données sociodémographiques québécoises et canadiennes

Type de traitement des données :
Analyse de contenu, réflexion critique

3. Résumé


« Le présent recueil porte sur des pratiques d’intervention auprès de personnes vivant dans des structures familiales différentes de la famille biparentale d’origine, dite aussi intacte. Des approches novatrices ou plus précisément orientées ont été mises au point pour aider ces personnes qui, bon gré mal gré, sont amenées à vivre une situation familiale difficile. Pour certains individus, pour certaines familles, les défis à relever sont si importants qu’une aide professionnelle ou communautaire se révèle nécessaire. S’appuyant sur des données socio-démographiques québécoises ou canadiennes, le présent chapitre décrit diverses structures familiales. Les personnes vivant dans de nouvelles structures familiales sont ensuite recensées et soumises à un examen critique. [...] Les structures familiales dont traitent principalement les auteurs de ces récits de pratique, à savoir la monoparentalité et la recomposition familiale, ne sont pas à proprement parler véritablement nouvelles. De tout temps, des mères ou des pères se sont retrouvés chefs de famille à la suite d’un décès. Cendrillon elle-même ne vivait-elle pas dans une famille recomposée avec belle-mère et demi-soeurs? D’où vient alors cette impression de nouveauté? Du fait sans doute que ces structures se sont répandues, prenant peu à peu la place occupée depuis longtemps par la famille biparentale intacte. » (p. 1)