La structuration familiale de la prise en charge des parents âgés. Définitions profanes et rapports affectifs

La structuration familiale de la prise en charge des parents âgés. Définitions profanes et rapports affectifs

La structuration familiale de la prise en charge des parents âgés. Définitions profanes et rapports affectifs

La structuration familiale de la prise en charge des parents âgés. Définitions profanes et rapports affectifss

| Ajouter

Référence bibliographique [6663]

Lavoie, Jean-Pierre. 1999. «La structuration familiale de la prise en charge des parents âgés. Définitions profanes et rapports affectifs». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Programme de sciences humaines appliquées.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette thèse permet enfin de questionner les politiques et les programmes actuels de soutien aux personnes âgées dépendantes et à leurs familles. Elle soulève le risque que l’État surestime la capacité des familles à prendre en charge les personnes âgées et questionne l’organisation actuelle des services, qui ne tient pas compte des conceptions profanes et de la structuration familiale de la prise en charge. » (résumé)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La recherche porte sur quinze familles et deux personnes par famille ont été rencontrées. Les entrevues étaient semi-dirigées. » (résumé)

Instruments :
Schéma d’entrevue

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Au cours des vingt dernières années, il y a eu reconnaissance du rôle majeur joué par les familles dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Cette reconnaissance est fort probablement en lien avec le vieillissement accéléré de la population et la volonté de plusieurs États de se désengager, tout au moins partiellement, de la prise en charge des personnes âgées. De nombreuses recherches ont été effectuées et ces recherches, surtout en Amérique du Nord, ont été largement dominées par une discipline, la psychologie sociale, et une approche, celle du stress et des stratégies adaptatives. Plusieurs limites à cette approche ne permettent pas de justifier son quasi-monopole. Dans cette approche, la prise en charge d’un parent dépendant est vue sous un angle professionnel, alors que le contexte familial et social est largement ignoré. Ce courant de recherche pose essentiellement le problème de la prise en charge en termes d’adaptation de l’individu à son rôle d’aidant d’un parent âgé. Cette thèse aborde la problématique de la prise en charge sous un angle différent, elle s’intéresse d’abord aux dimensions subjectives de la prise en charge et aux relations familiales qui la structurent. Cette recherche s’est voulue résolument inductive, tout en s’inspirant de la théorie de la structuration de Giddens, qui lui a fourni ses principaux concepts sensibilisants. Cette recherche a comme principale unité d’analyse les relations familiales entourant la prise en charge et aborde le soutien familial sans définition préalable de ce soutien. La recherche a permis de faire émerger une définition profane des besoins et du soutien familial. Tout en incluant les besoins et le soutien liés à la fonctionnalité du parent dépendant, cette définition profane accorde une place prépondérante aux besoins de protection de la santé et de l’identité, tant du parent dépendant que du parent qui assume la principale responsabilité du soutien. Les pratiques de soutien sont apparues moins tangibles et comme impliquant un plus grand nombre d’acteurs que ce que les recherches portant sur l’aide informelle laissent entrevoir. Les rapports affectifs établis au cours des années sont également apparus comme une force majeure de la structuration familiale de la prise en charge en contextualisant et interprétant son espace normatif. Ces rapports influencent la lecture des besoins du parent, ils concourent à responsabiliser ou à déresponsabiliser certains membres de la famille et à déterminer la puissance de leur engagement, ils renforcent ou limitent l’autorité du parent dépendant et, enfin, ils influencent le sens donné par les membres de la famille à leur expérience de la prise en charge. » (résumé)