Notions juridiques et réalité sociale : un éternel divorce ou un divorce nécessaire? Le cas du droit de la famille

Notions juridiques et réalité sociale : un éternel divorce ou un divorce nécessaire? Le cas du droit de la famille

Notions juridiques et réalité sociale : un éternel divorce ou un divorce nécessaire? Le cas du droit de la famille

Notions juridiques et réalité sociale : un éternel divorce ou un divorce nécessaire? Le cas du droit de la familles

| Ajouter

Référence bibliographique [6601]

Noreau, Pierre. 1999. «Notions juridiques et réalité sociale : un éternel divorce ou un divorce nécessaire? Le cas du droit de la famille ». Revue juridique Thémis, no 33, p. 307-325.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Décrire les changements dans le vocabulaire sociologique, qui affecte directement le domaine du droit et ses délimitations.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Conjoint, famille, enfants, les catégories sont plus simples que la réalité qu’elles recouvrent, mais peut-être s’agit-il d’images qui n’ont jamais correspondu à la réalité. C’est un fait social constant que chaque collectivité doit produire d’elle-même une image idéale qui fournit à ses membres une synthèse de leur vie personnelle et une expression de ce qui les lie aux autres. Mais ces formes sociales - ou socialement admises - ont d’autant plus de force qu’elles rendent compte de la stabilité de relations sociales qui sont en réalité multiformes et instables. Aussi est-il dans l’ordre des choses que les images que nous produisons - que l’histoire que nous nous contons à nous-mêmes sur nous-mêmes - ne correspondent pas exactement à la réalité. Le droit - et notamment le droit de la famille - répond également à ce besoin de mise en forme symbolique de la collectivité et de consolidation de cette image idéalisée - et nécessaire qu’en tant qu’idéal - sur lequel on entend affirmer l’existence d’un consensus social. Alors qu’une partie du travail intellectuel et une partie de la production culturelle vise la mise à jour perpétuelle de cette banque d’images; le législateur cherche le dénominateur commun de ces formes diversifiées; le politique, le renouvellement du contrat social sans lequel la vie politique elle-même perd son sens. Mais tout ce travail de mise en forme, même lorsqu’il prétend donner des rapports sociaux une image fidèle, cherche également à faire exister une réalité qui résiste à sa traduction culturelle, à sa mise en forme définitive. L’hiatus qui existe entre la réalité et les images de la réalité est ainsi une constante incontournable de vie en société. Les rapports entre les concepts formalisés établis par le droit peuvent garder leur cohérence, mais cette structure logique est tous les jours confrontée à la résistance des faits. » (pp. 307-308)