L’évolution des familles de recensement de 1971 à 1991

L’évolution des familles de recensement de 1971 à 1991

L’évolution des familles de recensement de 1971 à 1991

L’évolution des familles de recensement de 1971 à 1991s

| Ajouter

Référence bibliographique [6568]

Péron, Yves. 1999. «L’évolution des familles de recensement de 1971 à 1991». Dans Les familles canadiennes à l’approche de l’an 2000 , sous la dir. de Yves Péron, Desrosiers, Hélène, Juby, Heather, Lapierre-Adamcyk, Évelyne, Le Bourdais, Céline, Marcil-Gratton, Nicole et Mongeau, Jaël, p. 47-101. Ottawa: Gouvernement du Canada, Statistiques Canada.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le chapitre commence par un rappel de l’évolution des indicateurs de nuptialité, de divortialité et de fécondité afin de mettre en relief les changements du comportement familial des Canadiens et des Canadiennes au cours des années 70 et 80. Il se poursuit par un examen des tendances de la vie conjugale, de la monoparentalité et de la situation des personnes ’hors famille’ depuis le Recensement de 1971. La troisième partie du chapitre est une présentation très générale de l’évolution du type de famille, c’est-à-dire de leur répartition entre familles des couples mariés, familles des couples en union libre et familles monoparentales. Les deux dernières parties sont consacrées, respectivement, aux familles époux-épouse et aux familles monoparentales. » (p. 47)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Recensements depuis 1971 et les données de l’Enquête sociale générale.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Au cours des années 70 et 80, le comportement des Canadiens et des Canadiennes en matière de formation et de rupture des unions a profondément changé. Longtemps considéré comme une condition préalable à l’établissement du couple et à la fondation d’une famille, le mariage a progressivement connu une baisse de popularité par rapport à l’union libre et est devenu plus tardif et moins fréquent. Peu admis et peu accessible avant la Loi sur le divorce de 1968, le divorce est devenu fréquent, même parmi les couples ayant encore de jeunes enfants. Le modèle matrimonial qui assurait la stabilité de la famille s’est ainsi fissuré. » (p. 99)