L’attachement conjugal et l’attachement parent-enfant comme déterminants de la compétence sociale

L’attachement conjugal et l’attachement parent-enfant comme déterminants de la compétence sociale

L’attachement conjugal et l’attachement parent-enfant comme déterminants de la compétence sociale

L’attachement conjugal et l’attachement parent-enfant comme déterminants de la compétence sociales

| Ajouter

Référence bibliographique [6528]

Richard, Caroline. 1999. «L’attachement conjugal et l’attachement parent-enfant comme déterminants de la compétence sociale». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Québec, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Questions/Hypothèses :
« L’hypothèse de recherche veut que l’attachement conjugal de la mère et du père et l’attachement de l’enfant envers chacun de ses parents prédisent la compétence sociale de l’enfant d’âge scolaire. De façon spécifique, la sécurité de l’attachement conjugal de la mère et du père et la sécurité de l’attachement mère-enfant et père-enfant s’associeraient à une plus grande compétence sociale de l’enfant à l’âge préscolaire que l’insécurité de l’attachement conjugal et de la mère et du père et que l’insécurité de l’attachement mère-enfant et père-enfant. » (p. 55)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon comprend 43 familles biparentales ayant un enfant âgé entre trois et cinq ans (22 filles et 21 garçons) fréquentant assidûment une garderie au moins trois jours complets par semaine. L’âge moyen des enfants est de 51,23 mois. [...] En outre, 23 couples sont mariés et 11 couples sont en union de fait. » (p. 57)

Instruments :
- Profil socio-affectif (LaFrenière, 1990);
- Q-Sort d’attachement (Waters et Deane, 1985);
- Questionnaire de perception d’attachement (Hazan et Shaver, 1987);
- Questionnaire sur les sentiments d’attachement (Mikulincer et al., 1990).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Des facteurs familiaux ont une influence sur l’ajustement social de l’enfant à l’âge préscolaire. Parmi ceux-ci, on retrouve l’attachement de l’enfant à ses parents. Dans la documentation, la classification d’attachement (sécurisé, ambivalent et évitant) à la mère et au père tôt dans l’enfance prédit le fonctionnement social avec les pairs à l’âge préscolaire. Ainsi, la sécurité de l’attachement aux parents s’associe à la compétence sociale de l’enfant alors que l’ambivalence et l’évitement de l’attachement sont en lien avec des problèmes de comportement de l’enfant. L’ajustement dyadique constitue un autre déterminant de l’adaptation sociale de l’enfant. Il existe des associations entre les conflits conjugaux des parents et les problèmes comportementaux de l’enfant et entre la qualité de la relation conjugale et la compétence sociale de l’enfant. Face à ces constats, l’hypothèse de la présente recherche veut que l’attachement conjugal de la mère et du père et l’attachement de l’enfant envers chacun de ses parents prédisent la compétence sociale de l’enfant d’âge préscolaire. L’échantillon se compose de 43 familles biparentales ayant un enfant d’âge préscolaire qui fréquente la garderie. L’âge moyen des enfants est de 51,23 mois (4 ans et 3 mois). Le recrutement des familles s’est effectué à travers huit garderies de la région de Trois-Rivières. Chacun des parents répond individuellement à trois instruments de mesure : Le Q-sort d’attachement, qui évalue la qualité de la sécurité et de la dépendance affective de l’enfant à sa mère et à son père, le Questionnaire de perception d’attachement, qui évalue les styles d’attachement des personnes dans leur relation intime et le Questionnaire sur les sentiments d’attachement, qui évalue les dimensions de l’attachement des individus dans leur relation de couple. Pour leur part, les éducatrices en garderie remplissent un questionnaire pour chaque enfant de leur groupe qui participe à la recherche : le Profil socio-affectif (PSA). Cet instrument vise l’évaluation de l’enfant d’âge préscolaire tant au niveau de sa compétence sociale qu’au niveau de ses difficultés d’adaptation sociale. Dans l’ensemble, les analyses n’ont pas permis de vérifier l’hypothèse des liens entre l’attachement parent-enfant, l’attachement conjugal et la compétence sociale de l’enfant. Quelques corrélations ont néanmoins permis de déceler certaines relations entre ces variables. L’attachement conjugal insécurisé de la mère s’associe à des problèmes d’internalisation de l’enfant d’âge préscolaire. La dépendance envers l’éducatrice s’associe négativement à la sécurité et positivement à la dépendance envers la mère pour les filles et envers le père pour les garçons. L’attachement conjugal de la mère et l’attachement mère-enfant sont plus révélateurs que l’attachement conjugal du père et que l’attachement père-enfant pour prédire la compétence sociale de l’enfant d’âge préscolaire. L’insécurité de l’attachement conjugal de la mère et de l’attachement mère-enfant s’associent aux problèmes d’internalisation et de dépendance de l’enfant d’âge préscolaire. » (sommaire)