Construction et validation de l’Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF)

Construction et validation de l’Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF)

Construction et validation de l’Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF)

Construction et validation de l’Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF)s

| Ajouter

Référence bibliographique [6501]

Sénécal, Caroline et Vallerand, Robert J. 1999. «Construction et validation de l’Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF) ». Revue européenne de psychologie appliquée / European Review of Applied Psychology, vol. 49, no 3, p. 261-274.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « Le but de la recherche réalisée dans le cadre du présent article était de construire et de valider un instrument, soit l’Échelle de motivation vis-à-vis des activités familiales (ÉMAF) permettant de mesurer la motivation à participer aux différentes activités familiales et de brosser une tableau préliminaire de ses propriétés psychométriques. » (p. 269)
- « Dans le cadre de la présente recherche, trois études ont été menées pour la construction et la validation de l’Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF). Dans un premier temps, une étude pilote a été effectuée ayant pour but de développer les items de motivation envers les activités familiales ciblées. Par la suite l’Étude 1 a porté sur une analyse factorielle exploratoire des items de l’ÉMAF, une analyse de la cohérence interne de l’échelle, ainsi que sa validité de construit. Quand à l’étude 2, elle a consisté principalement à confirmer la structure factorielle de l’instrument et à revérifier son niveau de cohérence interne, ainsi que sa validité de construit. » (p. 263)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- L’étude pilote est réalisée auprès de 37 employés d’une université âgés de 25 à 35 ans et ayant au moins un enfant de moins de 16 ans vivant avec eux.
- Étude 1: « 210 employés d’université de la région de Montréal (110 femmes et 100 hommes). Leur âge moyen était de 40,7 ans. Ces employés travaillent à temps plein (n=188) ou à temps partiel (n=22). Parmi ces employés, 123 d’entre eux étaient mariés, 59 étaient concubins, 10 étaient séparés, 13 divorcés, 4 remariés et 1 veuf. Tous avaient au moins 1 enfant âgé de 1 à 16 ans qui vivait à la maison avec eux. » (p. 264)
- Étude 2 : « 786 travailleurs professionnels (499 femmes et 283 hommes) âgés en moyenne de 38,7 ans. Parmi eux certains sont concubins ou remariés (n=259) et d’autres sont mariés (n=527). » (p. 268)

Instruments :
Étude pilote : questionnaire avec catégories d’activités
Étude 1 :
- Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF);
- Mesure des perceptions d’autonomie, de compétence, de soutien familial et de satisfaction quant à la vie familiale.
Étude 2 :
Échelle de motivation envers les activités familiales (ÉMAF).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La présente recherche a pour but de développer et de valider une Échelle de motivation vis-à-vis des différentes activités familiales (ÉMAF). L’ÉMAF mesure différents types de motivation extrinsèque (identifié, introjecté et externe) et la motivation intrinsèque, à participer aux diverses activités familiales. Dans l’ensemble, les résultats démontrent que l’ÉMAF possède une cohérence interne satisfaisante. Les résultats d’une analyse factorielle confirmatoire (EQS) ont également confirmé la structure à quatre facteurs de l’ÉMAF. De plus, la validité de construit de l’ÉMAF a été soutenue par une série de corrélations entre les différentes sous-échelles qui la composent, ainsi qu’entre ces dernières et certaines variables (i.e. la satisfaction de vie familiale, le conflit famille-travail, les contraintes, les perceptions de compétence, d’autonomie et de soutien familial). L’ensemble des résultats apporte donc un soutien à la validité et à la fidélité de l’ÉMAF. Finalement, une discussion générale sur les contributions méthodologiques de l’ÉMAF ainsi que sur ses principales limites et des pistes de recherches futures sont exposées. » (p. 261)