La mixité sociale résidentielle : recension d’écrits récents

La mixité sociale résidentielle : recension d’écrits récents

La mixité sociale résidentielle : recension d’écrits récents

La mixité sociale résidentielle : recension d’écrits récentss

| Ajouter

Référence bibliographique [641]

Leclerc-André, Gabrielle, Frohn, Winnie et Morin, Richard. 2010. La mixité sociale résidentielle : recension d’écrits récents. Montréal: Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), Université du Québec à Montréal.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«En 2002, Dansereau et al. ont publié un rapport sur la mixité sociale en habitation visant à ‘fournir un cadre de réflexion sur la thématique de la mixité sociale dans l’habitat et sur l’applicabilité des orientations et mesures élaborées ailleurs au contexte montréalais, plus particulièrement au contexte lié à la création de la nouvelle Ville’. […] Depuis la publication de ce rapport, d’autres études, tant en Amérique du Nord qu’en Europe, ont porté sur la mixité sociale résidentielle. La présente recherche documentaire dresse les grandes lignes des résultats de certaines de ces études.» (p. 11-12)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cette recherche documentaire s’est principalement concentrée sur le repérage et la consultation d’articles et autres textes à partir de bases de données disponibles sur le site des bibliothèques de l’Université du Québec à Montréal. Ces bases de données sont principalement Urbadoc, Sage Full-Text Collections : Urban Studies & Planning, Francis, Repère et Sociological Abstracts. Les paramètres se sont limités aux années postérieures à 2002, date de parution du rapport de Dansereau et al., sauf pour les thèmes de la mixité ethnique, de la mixité intergénérationnelle et de la mixité avec des personnes ayant des problèmes de santé mentale.» (p. 13)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Ce rapport comprend cinq sections : la mixité des statuts d’occupation; la mixité socio-économique; la mixité ethnique; la mixité intergénérationnelle; la mixité avec des personnes ayant des problèmes de santé mentale. Chacune de ces sections est divisée en deux parties : les constats qui se dégagent des expériences étudiées et les actions recommandées en vue de favoriser la mixité sociale résidentielle. En conclusion, nous faisons ressortir les faits saillants des textes consultés en lien avec les conclusions du rapport de Dansereau et al. (2002).» (p. 14) Sur la mixité intergénérationnelle, les études recensées soulignent l’importance de promouvoir la vie familiale dans les centres urbains. La cohabitation des ménages avec ou sans enfants est bénéfique, selon les auteurs, puisque les enfants permettent de créer des liens entre les voisins. D’autres études suggèrent que l’habitation intergénérationnelle est aussi positive.