L’intervention de protection aux prises avec la pauvreté

L’intervention de protection aux prises avec la pauvreté

L’intervention de protection aux prises avec la pauvreté

L’intervention de protection aux prises avec la pauvretés

| Ajouter

Référence bibliographique [6401]

Binet, Lise. 2000. L’intervention de protection aux prises avec la pauvreté. Beauport, Québec: Centre jeunesse de Québec, CQRS.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette fois, l’objectif principal de l’étude qualitative est d’identifier, de décrire et de classer les pratiques d’intervention qualifiées de novatrices en ce qu’elles paraissent, d’une manière ou d’une autre, inscrire la préoccupation de la pauvreté dans l’intervention de protection. » (p. 2)
Questions/Hypothèses :
« Les jeunes, faisant l’expérience des interventions les plus longues et les plus lourdes, proviennent des familles les plus pauvres et sont les plus menacés par la pauvreté. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La distribution des dossiers échantillonnés et observés selon l’âge du jeune à la fermeture de son dossier est la suivante :
- 26 dossiers fermés à 16 ans (33,8 %);
- 23 dossiers fermés à 17 ans (29,8 %);
- 28 dossiers fermés à 18 ans (36,3 %).
Ces 77 dossiers échantillonnés sont ceux de filles dans 40 % des cas (31 dossiers de filles) et de garçons dans 60 % des cas (46 dossiers de garçons). » (p. 16) Une vingtaine d’entrevues menées auprès d’intervenants des champs PSYCHOSOCIAL et RÉADAPTATION du Centre Jeunesse de Québec.

Instruments :
Grille questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique, analyse de contenu

3. Résumé


« Plus souvent qu’autrement, le besoin de protection naît dans un contexte de grande pauvreté qui semble contribuer à miner la capacité des parents de protéger eux-mêmes leurs enfants. Cette pauvreté et ce besoin de protection ne sont pas sans effet sur les enfants qui en font l’expérience. On parle alors de blessure, de souffrance, de manque, de tendance à reproduire les modèles appris. L’étude des dossiers des plus âgés des mineurs en besoin de protection permet d’apprendre que le besoin de protection est motivé par des troubles de comportement, les jeunes proviennent plus souvent de milieux défavorisés que de familles mieux nanties. Enfin, lorsque les dossiers témoignent d’un besoin de protection justifié par une problématique de victime et par des troubles de comportement, les mineurs appartiennent à des familles pauvres (la partie I du rapport porte sur l’analyse des données contenues dans les dossiers de protection des jeunes). [...] Une vingtaine d’entrevues menées auprès d’intervenants des champs PSYCHOSOCIAL et RÉADAPTATION du Centre Jeunesse de Québec a permis de reposer le problème de la pauvreté qui traverse l’intervention de protection. En plus de recentrer l’intervention autour de cette problématique, ces entrevues fournissent des données sur la façon dont les intervenants agissent pour supporter les jeunes, de manière à ce qu’ils ne soient pas et ne se voient pas déterminés par les événements et par le contexte qui les a conduits à un besoin de protection. Ces pratiques sont qualifiées de novatrices (La partie II du rapport porte sur l’analyse des données d’entrevues.) [...] » (pp. xv-xvi)