Pratique d’intervention en concertation famille-service de garde : évaluation ASQ et Plan de soutien au développement

Pratique d’intervention en concertation famille-service de garde : évaluation ASQ et Plan de soutien au développement

Pratique d’intervention en concertation famille-service de garde : évaluation ASQ et Plan de soutien au développement

Pratique d’intervention en concertation famille-service de garde : évaluation ASQ et Plan de soutien au développements

| Ajouter

Référence bibliographique [636]

Lefebvre, Julie et Ré, Nathalie. 2010. «Pratique d’intervention en concertation famille-service de garde : évaluation ASQ et Plan de soutien au développement». Dans Services de garde éducatifs et soutien à la parentalité : la coéducation est-elle possible? , sous la dir. de Gilles Cantin, Brunson, Liesette et Bigras, Nathalie, p. 179-197. Québec: Presses de l’Université du Québec, Collection Éducation à la petite enfance.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce texte vise à décrire une pratique d’intervention en service de garde qui combine une évaluation du développement des enfants et l’élaboration d’un plan de soutien au développement (PSD). » (p. 181)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Ce document présente une pratique d’intervention développée au CPE du Carrefour afin de soutenir les enfants dans leur développement et de prévenir les difficultés dans leur cheminement futur. En mettant en place cette démarche d’intervention, le CPE contribue aussi à favoriser l’émergence de pratiques parentales positives et la découverte de nouvelles stratégies éducatives communes aux éducatrices et aux parents. Cette pratique du CPE diminue la portée de facteurs de risque présents chez l’enfant, tout en contribuant à mettre en place des facteurs de protection. De plus, l’utilisation de l’ASQ et des grilles d’élaboration d’un Plan de soutien permet d’instituer une réelle collaboration parent-éducatrice, ainsi qu’avec des ressources externes. Parmi ses avantages, nous observons que cette pratique d’intervention renforce le sentiment de compétence de l’éducatrice, amène le parent à s’investir réellement dans un partenariat et à se pencher davantage sur le développement de son enfant. » (p. 180)