''The History of Us'': Social Science, History and the Relations of Family in Canada

''The History of Us'': Social Science, History and the Relations of Family in Canada

''The History of Us'': Social Science, History and the Relations of Family in Canada

''The History of Us'': Social Science, History and the Relations of Family in Canadas

| Ajouter

Référence bibliographique [6344]

Comacchio, Cynthia R. 2000. «''The History of Us'': Social Science, History and the Relations of Family in Canada ». Le travail / Labour, vol. 46, p. 167-220.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« What follows is a selective overview of the Canadian historiography on family. [...] I begin in pre-history, so to speak, to consider how pioneering social scientists, by grappling by the family’s relationship to structural change, historicized early 20th century family studies and offered up many of the questions, concepts, theories, and methods that continue to inform scholarship on families in the past. Turning to the body of historical publications that followed in the wake of, and were often inspired by, the ’new social history’, I highlight the monograph studies that, in my judgement, served as signposts in the field’s development, especially for what they have revealed about the critical nexus of family, work and class. » (p. 170)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cet article donne un aperçu de l’historiographie canadienne sur la famille. Les racines de l’histoire de la famille non seulement reviennent en arrière beaucoup plus que la ’nouvelle histoire sociale’ née des années 1960, elles sont enterrées en profondeur dans plusieurs autres disciplines, notamment la sociologie, l’anthropologie et la démographie, dont les praticiens se préoccupaient du processus historique des changements de la famille ainsi que de la situation actuelle des familles contemporaines. Je considère comment les scientistes sociaux avant-gardistes, en étudiant les relations de la famille avec les changements structuraux, ont inclus dans notre histoire les études de la famille du 20e siècle et présenté de nombreux concepts, questions, théories et méthodes qui continuent à renseigner les chercheurs historiens sur les familles. En ce qui concerne les publications historiques qui ont suivi, la plupart étaient souvent inspirées par la ’nouvelle histoire sociale’. Je tiens à souligner les études monographiques qui ont servi de points de repère dans le domaine du développement du champ, en particulier en ce qui a trait aux critiques essentielles de la famille, du travail et de la classe. L’historiographie reflète l’histoire de la famille dont la notion consiste en de nombreuses subtilités qui séparent les unes des autres est souvent frustrante et inutile [sic]. J’ai essayé de classifier ce matériel à la fois topique et chronologique dans des catégories plus grandes, mais les limites se chevauchent et la plupart des oeuvres peuvent s’intégrer dans plusieurs catégories en même temps. En réalité, beaucoup de ce oeuvres seront reconnues comme des contributions importantes aux domaines divers tels que le travail, l’ethnie, la femme ou l’histoire du genre plutôt que comme des oeuvres de l’histoire de la famille uniquement. » (p. 475)