Pratiques partenariales et pouvoir des parents: quels référentiels?

Pratiques partenariales et pouvoir des parents: quels référentiels?

Pratiques partenariales et pouvoir des parents: quels référentiels?

Pratiques partenariales et pouvoir des parents: quels référentiels?s

| Ajouter

Référence bibliographique [633]

Lemay, Louise et Giguere, Renée. 2010. «Pratiques partenariales et pouvoir des parents: quels référentiels? ». Les Politiques sociales, vol. 70, no 3-4, p. 39-50.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous nous intéressons ici aux pratiques de partenariat entourant les services rendus aux jeunes en difficultés multiples.» (p. 39)

Questions/Hypothèses :
«Comment les professionnels engagés dans des pratiques partenariales favorisent-ils la participation des parents aux décisions entourant l’évaluation, la planification et la mise en œuvre des nombreux services requis dans la situation de leur enfant en difficultés multiples? Quels référentiels orientent leur action? Quels en sont les impacts sur le statut des parents : sont-ils usagers ou partenaires ?» (p. 40)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les auteurs utilisent des données documentaires diverses et un récit de pratique partenariale.

Type de traitement des données :
Réflexion critique
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon les auteurs, «[l]e regard réflexif sur la pratique permet de confronter le discours dominant sur la participation des parents et de faire évoluer nos référentiels. Nos réflexions et nos efforts en recherche doivent se poursuivre afin d’enrichir no connaissances et analyses des enjeux entourant le travail de partenariat avec les parents, afin de mieux cerner les conditions favorables et les obstacles aux pratiques promouvant le pouvoir et la participation de ces derniers. On ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la question du partenariat intervenants-parents et du pouvoir de ces derniers sur l’intervention qui les concernent; il est donc nécessaire de considérer le point de vue des parents eux-mêmes, premières personnes intéressées par l’intervention.» (p. 48)