Comprendre la reproduction intergénérationnelle de la problématique de la négligence

Comprendre la reproduction intergénérationnelle de la problématique de la négligence

Comprendre la reproduction intergénérationnelle de la problématique de la négligence

Comprendre la reproduction intergénérationnelle de la problématique de la négligences

| Ajouter

Référence bibliographique [6318]

Desforges, Martine. 2000. «Comprendre la reproduction intergénérationnelle de la problématique de la négligence». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke, Québec, Université de Sherbrooke, École de service social.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ainsi, nous nous demandons comment la problématique de la négligence peut être transmise d’une génération à l’autre alors que plusieurs intervenants ont été impliqués pendant plusieurs années. » (p. 2)

2. Méthode



Échantillon/Matériau :
- Familles dont les membres ont connu un ou plusieurs épisodes de placement.
- Une intervenante avec plusieurs années d’expérience à la protection de la jeunesse.

Instruments :
- Questionnaire de données socio-démographiques;
- Guide d’entrevues semi-dirigées.

Type de traitement des données :
Analyse statistique, analyse de contenu

3. Résumé


« Dans le cadre de notre stage de maîtrise au centre jeunesse des Laurentides, nous nous sommes interrogés sur la transmission intergénérationnelle des problématiques familiales et particulièrement celle de la négligence. Ainsi, nous nous demandons : Comment la problématique de la négligence peut être transmise d’une génération à l’autre alors que plusieurs intervenants ont été impliqués pendant plusieurs années. Au chapitre 1, vous trouverez la problématique détaillée de cet essai comprenant un bref historique légal de la protection de la jeunesse. Au chapitre 2, nous avons tenté de rassembler les auteurs selon différents thèmes concernant notre sujet à l’étude qui est la problématique de la négligence et la transmission intergénérationnelle de cette problématique. Le chapitre 3 exposera la méthodologie privilégiée au cours de cet essai. Cette méthodologie se résume en une méthode quantitative pour notre apport au projet de recherche sur le programme Inter-Action-Famille (PIAF) et d’une méthode qualitative en ce qui a trait aux entrevues effectuées auprès des membres d’une même famille et d’une intervenante de la protection de la jeunesse. Au chapitre 4 apparaît le portrait des participants inscrits au programme PIAF. Avant de procéder aux analyses verticale et horizontale des entrevues (chapitre 6), vous trouverez au chapitre 5, un bref historique de la famille Tremblay qui a accepté de participer à notre étude de cas multiple. Le chapitre 7 s’intitulant discussion, fait le lien entre la recension des écrits et les données recueillies au cours des entrevues. Les conclusions de cet essai portent principalement sur la dépendance, l’institutionnalisation, le processus de stigmatisation, la démission du rôle parental, de la reproduction intergénérationnelle de la misère humaine et sociale, de la perception pessimiste de parents face à leur devenir et leur rôle dans la société. Ainsi, nous recommandons entre autres de bien questionner le lieu de placement des enfants (famille d’accueil vs foyer de groupe), les contacts parents/enfants et d’analyser rapidement si un projet de vie pour l’enfant ne serait pas préférable. Dans le cas où un enfant demeure au domicile familial, nous recommandons l’inscription de l’enfant à une activité socialisation et la création d’un système de parrainage pour ces familles. Finalement, lors de l’atteinte de la majorité, il pourrait être pertinent de poursuivre le suivi par le biais d’un autre organisme afin de retarder la première grossesse. Il est important de noter que cet essai fait place au vécu des gens et à leur perception dans le but de mieux les comprendre et par le fait même trouver des pistes d’intervention afin de mieux les aider. » (p. vii)