La grossesse à l’adolescence et sa prévention : au-delà de la pensée magique!

La grossesse à l’adolescence et sa prévention : au-delà de la pensée magique!

La grossesse à l’adolescence et sa prévention : au-delà de la pensée magique!

La grossesse à l’adolescence et sa prévention : au-delà de la pensée magique!s

| Ajouter

Référence bibliographique [6286]

Dufort, Francine, Guilbert, Édith et Saint-Laurent, Louise. 2000. La grossesse à l’adolescence et sa prévention : au-delà de la pensée magique!. Régie régionale de la santé et des services sociaux de Québec, Direction de la santé publique.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Utilisant un cadre d’analyse autour de la notion de représentation sociale, l’objectif général de ce projet est de rendre compte du champ des représentations de la grossesse à l’adolescence et des moyens de prévenir les grossesses non planifiées. Plus spécifiquement, il s’agit :
- de repérer les thèmes autour desquels s’organisent les représentations des adolescentes, adolescents et des intervenantes, intervenants au regard de la grossesse à l’adolescence et de sa prévention;
- d’identifier les convergences et les divergences entre les jeunes, d’une part et les intervenants, d’autres part, mais également au sein même de chacun des groupes. Existe-t-il une similitude structurelle du champ de représentations entre ces deux grands groupes d’acteurs et au sein des différents sous-groupes qui composent les ’jeunes’ et ceux qui composent les ’intervenants’?;
- d’examiner la façon dont les préoccupations concernant le Sida et les autres MTS interviennent dans la constitution des représentations de la prévention de la grossesse. Nous cherchons à savoir dans quelle mesure les représentations de la prévention de la grossesse et de la prévention des MTS/Sida se renforcent ou se confrontent. » (p. 9)

2. Méthode



Échantillon/matériau :
« La population à l’étude comprend, d’une part, des adolescentes et adolescent âgés entre 15 et 17 ans et, d’autre part, des intervenantes et intervenants qui sont en interaction avec des jeunes au cours de leur pratique. Les jeunes peuvent avoir expérimenté, ou non, la grossesse à l’adolescence. Les intervenant ont une pratique liée à la grossesse et à sa prévention. » (p. 12)

Instruments :
- Focus group;
- Questionnaire.


Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Le but premier de la recherche était de contribuer à une meilleure compréhension de la grossesse à l’adolescence afin d’identifier de nouvelles pistes de réflexion en ce qui a trait aux stratégies de prévention des grossesses non planifiées. Nous avons opté pour une démarche qui permettait aux jeunes, filles et garçons, et aux intervenantes et intervenants oeuvrant auprès d’eux, dans divers lieux de pratique, de prendre la parole et de dialoguer. Nous visions plus spécifiquement trois objectifs. Nous voulions d’abord rendre compte de thèmes autour desquels s’organisent les représentations des jeunes et des intervenants au regard de la grossesse à l’adolescence et de sa prévention. Nous souhaitions également vérifier si les représentations des jeunes et des intervenants convergent ou, au contraire, divergent et si des divergences sont observées à l’intérieur de ces deux grands groupes. Enfin, nous désirions explorer si les préoccupations actuelles à l’égard du Sida et des autres MTS intervenaient dans la constitution des représentations de la prévention de la grossesse à l’adolescence. La recension des écrits sur la grossesse à l’adolescence nous a appris que les auteurs et auteures décrivent abondamment ce phénomène sur le registre du drame ou de la pathologie. Il nous est apparu que cette façon contribuait à faire, de la grossesse à l’adolescence, un problème social. Nous voulions, grâce à cette recherche, sortir des sentiers battus et explorer la complexité du phénomène. Pour ce faire, nous avons opté pour un cadre théorique fondé sur la notion de représentations sociales, ce qui a permis de saisir les principaux enjeux liés à la grossesse à l’adolescence et à sa prévention. Nous avons mené la recherche non pas auprès de mères adolescentes, comme c’était le cas la plupart du temps dans les études antérieures, mais auprès d’adolescentes et d’adolescents entre 15 et 17 ans qui composent la population générale et auprès d’intervenantes et d’intervenants oeuvrant auprès d’eux, cela dans divers lieux de pratique. La recherche porte sur leurs représentations de la grossesse à l’adolescence. Les représentations sociales permettent de mieux comprendre le lien que les jeunes et les intervenants entretiennent avec le système social. Certains de ces acteurs sociaux adhèrent aux normes; s’y conforme de bonne ou de mauvais grâce; d’autres sont ambivalents face à des normes qui, trop souvent, les placent devant des paradoxes; d’autres encore remettent en question ces normes? (sic) La recherche a permis de sortir de l’analyse classique de cette problématique qui conduit trop souvent à une approche stigmatisante ou blâmante. Les résultats de la démarche montrent les multiples images de la grossesse à l’adolescence et les nombreux enjeux auxquels elle renvoie quand il est question de prévention. La grossesse à l’adolescence ne présente pas uniquement comme un ’drame’ ou comme l’illustration de ’l’insoutenable légèreté de l’être’. La grossesse à l’adolescence renvoie à diverses prises de position au travers desquelles nous devinons des personnes actives dans la quête du sens à donner à la grossesse, à sa poursuite ou à son interruption, à la sexualité, à la contraception, à la protection contre le Sida et les MTS. » (p. x)