Impact à long terme d’un programme d’intervention écosystémique, en négligence, sur la perception des mères face à leur enfant

Impact à long terme d’un programme d’intervention écosystémique, en négligence, sur la perception des mères face à leur enfant

Impact à long terme d’un programme d’intervention écosystémique, en négligence, sur la perception des mères face à leur enfant

Impact à long terme d’un programme d’intervention écosystémique, en négligence, sur la perception des mères face à leur enfant s

| Ajouter

Référence bibliographique [6159]

Lefaivre, Roxane. 2000. «Impact à long terme d’un programme d’intervention écosystémique, en négligence, sur la perception des mères face à leur enfant ». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif de cette recherche est donc d’évaluer l’efficacité du programme d’intervention PAPFC sur les perceptions des mères face à leur enfant, tout en tenant compte des symptômes dépressifs de celles-ci. » (pp. 41-42)

Questions/Hypothèses :
« 1. Les mères PAPFC perçoivent moins négativement leur enfant au post-test et au suivi que les mères CPEJ.
2. Les mères PAPFC rapportent moins de symptômes dépressifs au post-test et au suivi que les mères CPEJ.
3. Le type d’intervention et la diminution des symptômes dépressifs contribuent spécifiquement à expliquer les changements dans la perception maternelle de l’enfant. » (p. 42)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
57 dyades mère-enfant

Instruments :
- Le Child Behavior Checklist (CBCL)
- L’échelle « Difficultés chez l’enfant » de l’Indice de stress parental (ISP)
- « L’échelle de dépression de Beck. » (p. i)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La présente étude a comme but premier de vérifier les effets d’un programme d’intervention écosystémique, le PAPFC, sur les perceptions maternelles et indirectement sur les conduites négligentes. Cette validation est dite à long terme puisque la durée totale du processus est approximativement de quatre ans. L’échantillon de cette recherche est constitué, dans son ensemble, de 57 dyades mère-enfant réparties au hasard entre le PAPFC et l’intervention traditionnelle et provenant de familles dont le signalement pour négligence a été retenu par les services de protection de l’enfance et de la jeunesse. Les données socio-démographiques recueillies au départ permettent d’établir l’homogénéité entre les deux groupes à l’étude. Les indicateurs utilisés pour mesurer les perceptions maternelles sont le Child Behavior Checklist (CBCL) ainsi que l’échelle ’difficultés chez l’enfant’ de l’Indice de stress parental (ISP). En ce qui concerne les symptômes dépressifs, l’instrument employé est l’échelle de dépression de Beck. Quant au déroulement même de cette étude, il s’enchaîne en trois temps c’est-à-dire un prétest, un post-test dès la fin de l’intervention et un suivi dans les deux années subséquentes. Suite à cette démarche, les résultats n’ont démontré aucune modification significative des perceptions maternelles suite à l’une ou l’autre des interventions. Toutefois, les symptômes dépressifs perçus au début de l’intervention ont manifestement diminé lors de la dernière prise de mesure. Néanmoins, ces modifications se sont traduites de façon similaire dans les deux groupes. C’est donc dire que, malgré des changements notables dans le temps, ces modifications ne font pas état de différences significatives à l’intérieur des deux groupes respectifs. La discussion met l’accent sur la complexité d’intervenir sur les représentations maternelles de l’enfant dans les situations de négligence. »
http://www.uqtr.ca/biblio/notice/resume/03-2218848R.html --> Consulté le 2 juillet