Relations entre le fardeau, les ressources personnelles et familiales, la perception du stress et le bien-être émotionnel chez les aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur

Relations entre le fardeau, les ressources personnelles et familiales, la perception du stress et le bien-être émotionnel chez les aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur

Relations entre le fardeau, les ressources personnelles et familiales, la perception du stress et le bien-être émotionnel chez les aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur

Relations entre le fardeau, les ressources personnelles et familiales, la perception du stress et le bien-être émotionnel chez les aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeurs

| Ajouter

Référence bibliographique [6031]

Roy, Line. 2000. «Relations entre le fardeau, les ressources personnelles et familiales, la perception du stress et le bien-être émotionnel chez les aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département des sciences infirmières.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« A) [V]érifier les effets simples et d’interaction du sens de cohérence, de la cohésion et de l’adaptabilité familiales et du fardeau sur la perception du stress d’aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur en tenant compte des effets des conditions personnelles liées au rôle d’aidant.
b) [P]réciser la contribution de la perception du stress sur le bien-être émotionnel de ces aidants en tenant compte des effets des conditions personnelles liées à leur rôle, du sens de cohérence, de la cohésion et de l’adaptabilité familiales et du fardeau. » (p. 8)

Questions/Hypothèses :
« 1- En contrôlant les effets des conditions personnelles liées au rôle d’aidant, quels sont les effets simples et les effets d’interaction entre le sens de la cohérence et le fardeau sur la perception du stress des aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur?
2- En contrôlant les effets des conditions personnelles liées au rôle d’aidant, quels sont les effets simples et les effets d’interaction entre le sens de cohérence, la cohésion et l’adaptabilité familiales sur la perception du stress des aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur?
3- En contrôlant les effets des conditions personnelles liées au rôle d’aidant, quels sont les effets simples et les effets d’interaction entre le sens de cohérence, la cohésion et l’adaptabilité familiales et le fardeau sur la perception du stress des aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur?
4- En contrôlant les effets des conditions personnelles liées au rôle d’aidant, du sens de cohérence, de la cohésion et de l’adaptabilité familiales et du fardeau, quels sont les effets de la perception du stress sur le bien-être émotionnel des aidants dont le conjoint présente un trouble de l’humeur? » (pp. 8-9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
83 personnes ont participé à cette étude

Instruments :
- L’échelle du sens de cohérence (The Orientation to Life Questionnaire d’Antonovsky, 1987)
- L’échelle d’évaluation de la cohésion et de l’adaptabilité familiales (The Family Adaptability and Cohesion Evaluation Scale d’Olson, Portner & Bell, 1982)
- L’échelle du fardeau (The family Burden Interview Schedule - Short Form de Tessler & Gamache, 1994)
- L’échelle de la perception du stress (The Stress Appraisal Measure de Peacock et Wong, 1990)
- L’échelle du profil de l’humeur (The Profile of Mood States de McNair, Lorr, & Droppleman, 1992)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’aidant dont le conjoint présente un trouble de l’humeur doit faire appel à ses ressources tant personnelles que familiales pour lui procurer une aide émotionnelle, préserver sa propre santé et tenter de maintenir l’équilibre de sa famille. Toutefois, peu d’études ont évalué comment ces ressources influencent le bien-être émotionnel de ces aidants. [...] En effet, il ressort que moins les aidants font confiance en leurs ressources, plus ils sont inquiets et entretiennent des sentiments négatifs envers la condition de la personne atteinte et plus la perception du stress leur semble menaçante. En ce qui a trait à la perception positive du stress, le sens de cohérence explique à lui seul 24% de la variance. Ainsi, plus l’aidant fait confiance en ses ressources disponibles, plus il perçoit les stresseurs comme contrôlables, plus il se sent disposé à y faire face et plus il a une perception positive du stress. Les ressources familiales et les effets d’interaction par contre, ne permettent pas de mieux expliquer la variance de la perception du stress. En ce qui a trait au bien-être émotionnel de l’aidant, les résultats de cette recherche démontrent que la perception négative du stress, le sens de cohérence et le suivi du patient dans la communauté expliquent 5% de la variance du bien-être émotionnel. Ces résultats indiquent que les aidants à risque de présenter des signes de détresse en regard de leur bien-être émotionnel sont ceux, qui ont une perception négative des stresseurs, ceux qui ont un sens de cohérence faible et ceux dont la personne atteinte a peu de suivi dans la communauté. Pour ces aidants plus à risque de présenter de tels signes, des programmes d’intervention qui visent à augmenter leur sens de cohérence pourraient contribuer à modifier la façon dont ils perçoivent le stress lié à leur rôle ainsi qu’à diminuer les risques d’affecter leur bien-être émotionnel. La pertinence de cette étude réside dans son caractère novateur qui vient confirmer l’importance du rôle des ressources personnelles en l’occurrence du sens de cohérence dans le processus d’adaptation à leur rôle d’aidant. » (pp. iii-iv)