Les familles ouvrières œuvrant dans le secteur du textile à Sherbrooke, 1881-1901

Les familles ouvrières œuvrant dans le secteur du textile à Sherbrooke, 1881-1901

Les familles ouvrières œuvrant dans le secteur du textile à Sherbrooke, 1881-1901

Les familles ouvrières œuvrant dans le secteur du textile à Sherbrooke, 1881-1901s

| Ajouter

Référence bibliographique [5967]

Allard, Philippe. 2001. «Les familles ouvrières œuvrant dans le secteur du textile à Sherbrooke, 1881-1901». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Département d’histoire et de sciences politiques.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
S’intéresser aux familles ouvrières sherbrookoises oeuvrant dans le secteur du textile entre 1881 et 1901.

Questions/Hypothèses :
« Premièrement, nous voulons savoir: quelles sont les caractéristiques des ménages, dont au moins un membre travaille dans le secteur du textile à Sherbrooke en 1881 ainsi qu’en 1901? Pour ce qui est des caractéristiques, nous nous rapportons dans un premier temps au profil socioprofessionnel des travailleurs : professions occupées dans le secteur du textile, ethnicité de ces mêmes travailleurs et les salaires qui leur sont octroyés par l’employeur. Dans un deuxième temps, il est question des structures des ménages : combien y a-t-il d’individus et d’enfants par ménage? Quelle est la structure proprement dite de ces ménages? Y a-t-il cohabitation ou hébergement de pensionnaires à l’intérieur des ménages? Dans un troisième temps, il est question de la provenance géographique des travailleurs, de leur religion et du voisinage.
Deuxièmement, nous voulons mettre l’emphase sur la place du travail dans le secteur du textile à l’intérieur de l’économie familiale. Dans un premier temps, nous voulons connaître l’importance de la main-d’oeuvre juvénile à travers ce secteur économique : constitue t-elle une proportion importante des travailleurs œuvrant dans le secteur du textile? Enfin, nous voulons savoir : y a t-il présence de combinaisons de stratégies à l’intérieur des ménages pour assurer leur survie au quotidien?
À travers notre mémoire, nous examinerons l’hypothèse suivante : que les familles ouvrières sherbrookoises dont au moins un membre travaille dans le secteur du textile ont des caractéristiques spécifiques par rapport à celles des autres secteurs industriels. » (p. 3-4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les recensements nominatifs de Sherbrooke, de 1881 et 1901
208 ménages pour 1881 et 213 ménages pour 1901

Instruments :
Grille de codification

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Cette étude se veut l’analyse de familles ouvrières dans une ville en voie d’industrialisation. Constituant la majorité de la population sherbrookoise, ces familles doivent s’adapter aux nouvelles réalités économiques et sociales. Notre démarche tente de faire ressortir les caractéristiques des familles oeuvrant dans le secteur du textile à Sherbrooke en 1881 ainsi qu’en 1901. Aussi, nous voulons savoir s’il y a une évolution de ces mêmes caractéristiques preuve d’une adaptation et ce, en moins de deux décennies. Longtemps, ces familles ouvrières ont été ignorées par les historiens. L’histoire des individus ordinaires qui constituent pourtant la majorité de la population était méconnue. On privilégiait les écrits concernant les individus célèbres tels les rois, ou encore les notables, de qui il existait des traces écrites. À cet égard, les recensements nominatifs de 1881 et 1901 constituent la source principale de notre analyse. Cette étude de cas concerne 208 et 213 ménages et plus de 376 travailleurs en 1881 et 1901. Afin de bien ressortir les informations essentielles à notre étude, nous avons opté pour une approche socio-démographique et un traitement quantitatif des données. » (p. i)