Le soutien aux jeunes en difficulté : étude de la relation entre les facteurs de risque psychosociaux chez le jeune et le réseau d’acteurs qui s’implique auprès de lui

Le soutien aux jeunes en difficulté : étude de la relation entre les facteurs de risque psychosociaux chez le jeune et le réseau d’acteurs qui s’implique auprès de lui

Le soutien aux jeunes en difficulté : étude de la relation entre les facteurs de risque psychosociaux chez le jeune et le réseau d’acteurs qui s’implique auprès de lui

Le soutien aux jeunes en difficulté : étude de la relation entre les facteurs de risque psychosociaux chez le jeune et le réseau d’acteurs qui s’implique auprès de luis

| Ajouter

Référence bibliographique [5921]

Bouchard, Caroline. 2001. «Le soutien aux jeunes en difficulté : étude de la relation entre les facteurs de risque psychosociaux chez le jeune et le réseau d’acteurs qui s’implique auprès de lui». Mémoire de maîtrise, Ste-Foy (Québec), Université Laval, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Évaluer la relation entre les facteurs de risque psychosociaux des jeunes en difficulté et les acteurs qui s’investissent auprès d’eux.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
96 jeunes âgés de 0 à 17 ans faisant partie de la clientèle de quatre centres jeunesse du Québec

Instruments :
- Informations générales (Pauzé et coll. 2000)
- Échelle du comportement de l’enfant : Child Behavior Checklist for Children/ 4-17 « CBCL» (Achenbach, 1991) (version française) (Pauzé et coll.2000)
- Fonctionnement familial (Epstein, Baldwin, Bishop, 1983 (version française) (Pauzé et coll. 2000)
- Le réseau d’acteurs (Cloutier, Carrier et Lépine, 2000)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La présente recherche a pour but d’étudier la relation entre les facteurs de risque psychosociaux des jeunes en difficulté sérieuse et le réseau d’acteurs qui s’implique auprès d’eux. L’échantillon est composé de 96 jeunes âgés de 0 à 17 ans faisant partie de la clientèle de quatre centres jeunesse du Québec. Les résultats montrent que les garçons et les filles ne se distinguent pas significativement quant aux facteurs de risque associés aux comportements extériorisés et intériorisés. Cette observation va à l’encontre de la tendance documentée d’extériorisation masculine et d’intériorisation féminine des réactions comportementales, mais elle soutient l’hypothèse plus récente d’une cooccurrence fréquente de ces deux catégories de manifestations chez les filles et les garçons. Quant aux facteurs de risque familiaux, les résultats indiquent que les familles des tout-petits (0-3 ans) sont plus démunies tandis que celles des adolescents (12-17 ans) sont plus souvent dysfonctionnelles. Par ailleurs, l’étude du soutien offert évalué sur la base du nombre d’acteurs impliqués auprès du jeune en difficulté, révèle que l’investissement substantiel des ressources ne varie pas en fonction des risques comportementaux ou familiaux associés à la situation. Les enjeux de ces résultats sont discutés au regard de l’ajustement de la réponse offerte par les services sociaux aux besoins des jeunes et de leur famille. » (p. ii)