Transition à la maternité chez les femmes défavorisées : une étude qualitative à partir d’entrevues réalisées deux mois après l’accouchement

Transition à la maternité chez les femmes défavorisées : une étude qualitative à partir d’entrevues réalisées deux mois après l’accouchement

Transition à la maternité chez les femmes défavorisées : une étude qualitative à partir d’entrevues réalisées deux mois après l’accouchement

Transition à la maternité chez les femmes défavorisées : une étude qualitative à partir d’entrevues réalisées deux mois après l’accouchements

| Ajouter

Référence bibliographique [5878]

Cournoyer, Monique et Séguin, Louise. 2001. Transition à la maternité chez les femmes défavorisées : une étude qualitative à partir d’entrevues réalisées deux mois après l’accouchement. Montréal: Groupe de recherche interdisciplinaire en santé, Université de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude a comme objet de faire l’analyse comparative de l’expérience subjective de femmes devenues mères pour la première fois et dont les unes présentent des réactions dépressives et les autres n’en présentent pas, deux mois après la naissance du bébé. » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’analyse porte finalement sur un nombre de 14 entrevues pour la catégorie des mères présentant des réactions dépressives deux mois après l’accouchement. Elle porte sur 16 cas pour ce qui est de la catégorie de mères ne présentant pas de signes de dépression à la même période. Rappelons que toutes font partie du groupe des mères défavorisées. » (p. 4)

Instruments :
- Journal de bord
- Guide d’entrevue
- Beck Depressive Inventory, version révisée (Beck et al. 1979)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cette analyse s’insère dans le contexte plus général d’une étude longitudinale sur l’influence du stress et soutien social dans l’apparition de réactions dépressives chez des mères de milieu favorisé et défavorisé. La présente analyse se poursuit cependant en parallèle à cette étude plus vaste et ne s’y rattache pas directement dans son développement. [...]
Dans la mise en forme du projet d’étude longitudinale des réactions dépressives des mères en période post-natale, il est apparu important de chercher à comprendre, indépendamment de l’effet des facteurs de stress et de soutien social sur l’apparition de réactions dépressives, tel que mis en évidence par diverses mesures objectives, quel pouvait être le point de vue des mères elles-mêmes sur leur expérience. Ainsi, à côté des mesures quantitatives établies pour les différents aspects de leur situation, à différents moments délimités dans une perspective longitudinale, une préoccupation de cerner sous quels aspects et en quels termes les mères elles-mêmes vivaient et formulaient cette nouvelle expérience de l’arrivée d’un premier enfant dans leur vie a conduit à la réalisation d’un projet d’étude qualitative dont la démarche méthodologique et les résultats sont l’objet du présent rapport. » (p. 2)