Le partage des tâches domestiques et les problèmes dépressifs : une analyse de la situation des nouvelles mères au Québec

Le partage des tâches domestiques et les problèmes dépressifs : une analyse de la situation des nouvelles mères au Québec

Le partage des tâches domestiques et les problèmes dépressifs : une analyse de la situation des nouvelles mères au Québec

Le partage des tâches domestiques et les problèmes dépressifs : une analyse de la situation des nouvelles mères au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [5859]

Des Rivières-Pigeon, Catherine, Descarries, Francine, Goulet, Lise et Séguin, Louise. 2001. «Le partage des tâches domestiques et les problèmes dépressifs : une analyse de la situation des nouvelles mères au Québec ». Recherches Féministes, vol. 14, no 2, p. 5-26.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre article comporte trois objectifs. Il a tout d’abord pour objet de faire une description du partage des tâches domestiques et des soins au nourrisson chez les femmes qui sont mères d’un enfant âgé de six mois environ. Nous voulons ensuite explorer la possibilité selon laquelle un partage inéquitable de ces tâches pourrait avoir un effet négatif sur la santé psychologique des nouvelles mères, et plus particulièrement sur la présence de symptômes dépressifs. Enfin, nous explorons le rôle joué par l’activité professionnelle de ces femmes dans cette relation entre le partage des tâches et la présence de problèmes dépressifs. » (p. 6)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
407 femmes ayant un enfant de six mois environ

Instruments :
Questionnaire d’entrevue

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cet article vise à décrire le mode de partage des tâches domestiques parmi les mères de très jeunes enfants, et à explorer la possibilité selon lequel le mode de partage aurait un impact sur la santé psychologique de ces femmes. Les résultats démontrent qu’un partage inégalitaire est associé à la présence de symptômes dépressifs chez les nouvelles mères, même lorsque sont pris en compte un ensemble de facteurs parmi lesquels on retrouve la qualité perçue de la relation conjugale. Cette relation se révèle présente chez toutes les catégories de femmes, qu’elles travaillent ou non à l’extérieur de la maison. » (p. 193)