La santé mentale des enfants de milieux défavorisés. Conceptions, pratiques et profils de pères

La santé mentale des enfants de milieux défavorisés. Conceptions, pratiques et profils de pères

La santé mentale des enfants de milieux défavorisés. Conceptions, pratiques et profils de pères

La santé mentale des enfants de milieux défavorisés. Conceptions, pratiques et profils de pèress

| Ajouter

Référence bibliographique [5833]

Dufour, Sarah. 2001. «La santé mentale des enfants de milieux défavorisés. Conceptions, pratiques et profils de pères». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« 1. Décrire et interpréter les conceptions paternelles entourant le processus de socialisation à la santé mentale, i.e.
* la conception de la santé mentale des enfants
* la conception du rôle paternel
* l’appréciation subjective du rôle paternel
* les pratiques parentales
* connaissance et utilisation des ressources (dont le soutien social)
* perception du quartier
Ce premier objectif vise à décrire et interpréter, les éléments cognitifs, émotifs et comportementaux qui constituent la manière dont les pères pensent, se sentent et agissent comme agent de socialisation à la santé mentale.
2. Identifier divers profils d’éducateurs à la santé mentale.
On vise ici à dégager d’éventuelles associations entre des contenus et des moyens particuliers de socialisation à la santé mentale en analysant les liens qui existent entre les six dimensions du premier objectif.
3. Identifier les variations possibles aux objectifs 1 et 2 selon le degré d’engagement paternel et le sentiment de compétence.
Ce dernier objectif de recherche veut répondre à la question suivante : comment les conceptions et les pratiques des pères au sujet de leur rôle d’éducateur à la santé mentale varient-elles selon leur expérience avec les enfants? On vise ici à identifier les ressemblances et les différences dans la conception du rôle d’éducateur à la santé mentale selon le type de paternité vécu (degré d’engagement paternel et sentiment de compétence parental). » (pp. 34-35)

2. Méthode



Échantillon/Matériau :
Les données de l’enquête Prospère (volet quantitatif) et 116 pères d’enfants âgés de trois à cinq ans.

Instruments :
-Questionnaire montréalais d’engagement paternel (QMEP, Dufour et al., 1998)
-Mesure de sentiment de compétence parentale (MSCP, Bolté, 1994)
-Guide d’entretien
-Approche standardisée à questions ouvertes (Patton, 1980)
Type de traitement des données :
Analyses de contenu et statistique

3. Résumé


« La famille constitue un milieu privilégié de socialisation. Entre autres, les enfants y acquièrent des connaissances, habiletés et dispositions les rendant capables de ’gérer’ leur santé mentale de façon plus ou moins efficace. Ce processus constitue la socialisation à la santé mentale. Les écrits scientifiques ne traitent cependant que marginalement des pères en tant qu’agents de socialisation à la santé, et ce malgré la reconnaissance de leur importance dans le développement des enfants. Leur apport s’escamote derrière la responsabilité principale des mères en matière de santé. De plus, aucune information n’est disponible dans le domaine de la santé mentale positive. Des chercheurs soulignent enfin l’importance de l’étude des pères de milieux défavorisés, dont on connaît peu de choses à ce jour. Afin de combler ces lacunes, la présente recherche porte sur la manière dont des pères de milieux défavorisés conçoivent et s’acquittent de leur rôle d’agent de socialisation à la santé mentale auprès de leur enfant d’âge préscolaire. Plus précisément, cette recherche vise à (a) décrire et interpréter les conceptions paternelles entourant le processus de socialisation à la santé mentale, (b) identifier divers profils d’éducateurs à la santé mentale et (c) identifier les variations possibles aux objectifs précédents selon le degré d’engagement paternel et le sentiment de compétence parentale. » (p. ix)