État, démographie et familles

État, démographie et familles

État, démographie et familles

État, démographie et familless

| Ajouter

Référence bibliographique [5758]

Kempeneers, Marianne. 2001. «État, démographie et familles». Dans Démographie et famille : les impacts sur la société de demain , sous la dir. de Québec. Conseil de la famille et de l’enfance, p. 68-73. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de la famille et de l’enfance.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Faire le point sur le rôle joué par l’État québécois dans le domaine de la famille en faisant référence aux contextes social, culturel et politique de la France, de la Suède, de la Grande-Bretagne et de l’Amérique du Nord.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« En conclusion, on peut dire que l’histoire des rapports entre l’État, la famille et la démographie au Québec, est celle d’un processus de légitimité croissante de l’État dans la vie des familles d’une part, et celle d’une accentuation à encourager, à mon avis, une option de soutien à la conciliation famille-travail, d’autre part. Une moindre emphase est mise sur des préoccupations de comptabilité démographique, ce qui contribue à rapprocher le modèle de politique québécoise de celui de la politique suédoise. Il est intéressant de rappeler à cet effet que la Suède, qui a toujours prôné une attitude de non-intervention en matière de fécondité, a beaucoup mieux résisté que bien d’autres pays occidentaux, au moins jusqu’en 1995, à la baisse tendancielle de sa fécondité, malgré des records inégalés en matière d’activité féminine. Ceci plaide en faveur de l’idée qu’une politique familiale axée sur des priorités d’accès et d’égalité en emploi est peut-être plus susceptible de répondre aux préoccupations démographiques de l’heure (dénatalité et vieillissement de la population) qu’une politique trop strictement guidée par ces préoccupations démographiques elles-mêmes. » (p. 72)