Style interactif et degré d’implication des pères et des mères : associations avec le développement cognitif, moteur et comportemental des nourrissons à 9 et 15 mois

Style interactif et degré d’implication des pères et des mères : associations avec le développement cognitif, moteur et comportemental des nourrissons à 9 et 15 mois

Style interactif et degré d’implication des pères et des mères : associations avec le développement cognitif, moteur et comportemental des nourrissons à 9 et 15 mois

Style interactif et degré d’implication des pères et des mères : associations avec le développement cognitif, moteur et comportemental des nourrissons à 9 et 15 mois s

| Ajouter

Référence bibliographique [5746]

Laflamme, Darquise. 2001. «Style interactif et degré d’implication des pères et des mères : associations avec le développement cognitif, moteur et comportemental des nourrissons à 9 et 15 mois ». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
1ère étude « La première vise à comparer le temps de participation des pères et des mères auprès de leur nourrisson, ainsi que leurs modes de stimulation lors d’une session de jeu libre. » (p. xi)
2e étude « Cette étude examine des aspects spécifiques et globaux des conduites parentales, ainsi que le développement de nourissons à l’âge de 9 et 15 mois. » (p. 72)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon inclut 87 nourrissons et leurs parents. » (p. xi) (Il est à noter que l’auteur a pris le même échantillon pour les deux études)

Instruments :
Première étude : observations diverses (questionnaires, journal de bord, enregistrements); une version adaptée du Parental Responsability Scale (McBride et Mills, 1993)

Type de traitement des données :
Analyse statistique et analyse de contenu

3. Résumé


« Cette thèse porte sur le temps de participation, les modes interactifs des pères et des mères, et le développement de leur nourrisson à 9 et 15 mois. Elle comporte deux études. [Dans la première,] le sexe et l’âge du nourrisson sont considérés dans les analyses. La participation parentale comprend le temps d’interaction directe avec le nourrisson, le temps de disponibilité et la responsabilité relative dans divers types d’activités. Nous examinons aussi la stabilité temporelle de ces mesures et leurs intercorrélations. L’échantillon inclut 87 nourrissons et leurs parents. La deuxième étude, auprès de la même population, met en relation les comportements parentaux (temps de participation et modes de stimulation) et le développement du nourrisson dans le but d’identifier les éléments prédicteurs de son fonctionnement cognitif, moteur et comportemental.
Les résultats de la première étude indiquent que les pères sont moins disponibles et passent moins de temps que les mères en interaction avec leur nourrisson. Lorsque les deux parents sont disponibles, les pères participent moins dans les soins, alors qu’ils s’engagent tout autant que les mères dans les activités de jeu et les activités extérieures. Quand les deux parents travaillent à temps complet à l’extérieur, la participation des mères demeure toujours plus importante que celle des pères, sauf pour le jeu où la participation des deux est équivalente. Une évaluation plus subjective de la responsabilité parentale pour diverses activités de soin, de loisir et de discipline indique que les deux parents reconnaissent que les mères assument la majorité de la responsabilité pour les soins et les loisirs. Toutefois, ils conçoivent que la responsabilité pour la discipline est partagée également entre eux deux. En ce qui à trait aux modes de stimulation pendant le jeu libre, nous observons des niveaux similaires de jeu avec objets (conventionnel et non conventionnel), de directions et de contacts physiques chez les pères et les mères. Cependant, les pères vocalisent moins et font moins de demandes que les mères.
Les résultats de la deuxième étude révèlent que les deux parents contribuent, quoique de façon différente, à la prédiction de la variance dans le développement du nourrisson. De 9 à 48 % de la variance des scores de développement est expliquée par les comportements paternels et maternels. Le type de variables explicatives diffère selon le sexe du nourrisson. Les stimulations physiques des parents expliquent mieux le développement des garçons, alors que les demandes et le temps de jeu avec les parents expliquent plus particulièrement le développement des filles. Les comportements spécifiques des parents lors du jeu rendent compte d’une plus grande part de la variance que le temps passé en interaction avec l’enfant. Les résultats suggèrent que les enfants qui ont un comportement plus difficile suscitent plus d’engagement parental. La contribution du père au revenu familial semble [sic] qualité de l’environnement proximal. L’ensemble de ces données souligne la pertinence de modèles théoriques du développement de l’enfant qui prennent en considération un ensemble de variables, telles le type de comportement parental, le type de mesure de développement, le sexe du parent, le sexe de l’enfant et l’âge de l’enfant. » (p. xi)