Mémoire à la Commission d’étude sur les services de santé et les services sociaux

Mémoire à la Commission d’étude sur les services de santé et les services sociaux

Mémoire à la Commission d’étude sur les services de santé et les services sociaux

Mémoire à la Commission d’étude sur les services de santé et les services sociauxs

| Ajouter

Référence bibliographique [5660]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Présenter des moyens pour améliorer le système de santé et des services sociaux.

2. Méthode



Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Le Conseil de la famille et de l’enfance est un organisme gouvernemental composé de 15 membres issus des milieux les plus divers, dont la principale tâche est de conseiller le gouvernement québécois en regard de la famille et de l’enfance en favorisant, dans l’accomplissement de son mandat, l’expression des familles, de leurs représentants, des milieux et des institutions concernés par les questions d’intérêt familial. Son champ de préoccupation est large et couvre tous les secteurs où la vie familiale se manifeste. Il émet des avis et présente des rapports, de sa propre initiative ou à la demande de la Ministre. Il doit également produire, à chaque année, un rapport sur la situation et les besoins des familles et des enfants du Québec.
Aujourd’hui, le Conseil de la famille et de l’enfance répond à l’invitation de la Commission afin de contribuer à l’identification de moyens concrets pour améliorer le système de santé et des services sociaux, particulièrement en ce qui a trait à l’organisation des services et au financement du système.
Malgré le court délai imparti aux groupes d’intérêt nationaux pour la préparation des mémoires et le fait que le guide d’animation n’ait été disponible qu’à la fin du mois d’août, le Conseil de la famille et de l’enfance veut faire valoir certaines orientations à privilégier touchant principalement le point de vue des familles.
En effet, nous n’avons pu que constater que la Commission, dans ses documents, ne tient pas réellement compte de la réalité des familles d’aujourd’hui aux prises avec les transformations survenues dans le secteur de la santé et des services sociaux ces dernières années. » (p. 5)