Le désengagement paternel : un phénomène social aux multiples visages

Le désengagement paternel : un phénomène social aux multiples visages

Le désengagement paternel : un phénomène social aux multiples visages

Le désengagement paternel : un phénomène social aux multiples visagess

| Ajouter

Référence bibliographique [5623]

Quéniart, Anne. 2001. «Le désengagement paternel : un phénomène social aux multiples visages». Dans Problèmes sociaux. Tome II. Études de cas et interventions sociales , sous la dir. de Henri Dorvil et Mayer, Robert, p. 83-102. Sainte-Foy (Québec): Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Comprendre le phénomène de désengagement paternel en présentant les résultats d’une recherche.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Douze pères ayant peu ou pas du tout de contacts avec leur enfant

Instruments :
Guide d’entrevue

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Au Québec comme dans la plupart des pays industrialisés, les taux de divorce ont monté en flèche depuis trente ans, leur proportion atteignant environ un mariage sur deux aujourd’hui, comparativement à un sur dix en 1969. Ces nombreuses dissolutions d’unions conjugales ont fait apparaître, du même coup, un phénomène encore peu connu, mais qui prend de l’ampleur, celui de la rupture du lien père-enfant à la suite d’une séparation ou d’un divorce. Voulant comprendre comment et pourquoi se produit le désengagement paternel, nous avons entrepris une recherche qualitative dont nous présentons ici les principaux résultats. On y apprend qu’il n’existe pas de trajectoire type de désengagement, mais bien une diversité d’expériences et de parcours menant à la fragilisation et parfois à la rupture du lien paternel à l’enfant et que de multiples facteurs, d’ordre personnel, économique et social, entrent en jeu. Pour tenter d’empêcher ce ’décrochage’ paternel, il faut renforcer les programmes de soutien aux familles après un divorce et revoir les modalités d’attribution de la garde des enfants. » (p. 84)