Construction discursive de l’identité paternelle : influence du type de suivi prénatal

Construction discursive de l’identité paternelle : influence du type de suivi prénatal

Construction discursive de l’identité paternelle : influence du type de suivi prénatal

Construction discursive de l’identité paternelle : influence du type de suivi prénatals

| Ajouter

Référence bibliographique [557]

Normand, Ariane. 2010. «Construction discursive de l’identité paternelle : influence du type de suivi prénatal». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Département d’études littéraires.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Nous souhaitions par l’intermédiaire de ce mémoire vérifier si la façon dont on inclut le père dans la période périnatale a des effets sur la perception qu’aura par la suite celui-ci de sa propre identité paternelle. » (p. 3)

Questions/Hypothèses :
« En préconisant le respect, la confiance et la participation des parents, les sages-femmes ont également pour objectif de construire avec leur clientèle une relation égalitaire qu’elles bâtissent grâce à une continuité des soins durant toute la période périnatale (Ordre des sages-femmes du Québec, 2010). Ces façons de faire ont-elles des répercussions sur l’aisance du père dans cette période que l’on réserve trop souvent uniquement aux femmes? Telle est la question qui se trouve à l’origine de notre travail. » (p. 2-3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les dix entrevues semi-dirigées qui ont servi à ce mémoire proviennent d’un vaste corpus d’entrevues menées par le groupe de recherche Père et alimentation de l’enfant.» (p. 3)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les résultats sur les perceptions du rôle paternel ont fait voir deux types de différences, l’un ayant trait à sa dimension temporelle, l’autre à sa définition. Les pères au suivi sage-femme semblent ancrés dans le moment présent lorsqu’ils définissent leur rôle, c’est-à-dire qu’ils ont peu tendance à le situer selon l’âge de l’enfant. Les pères au suivi médecin sont beaucoup plus nombreux à évoquer, en plus du présent, le passé et surtout le futur. De plus, tous les pères qui ont évoqué le rôle qu’ils prendraient lorsque l’enfant serait plus vieux sont des pères qui considéraient leur rôle des premiers mois comme passif et accessoire; ils se voyaient prendre un rôle plus actif dans l’avenir, alors que l’enfant sera sevré, interagira davantage, voire jouera au ballon. Les premiers mois, ils définissent donc leur rôle en termes de soutien de la mère, ou comme carrément passif. Pour leur part, les pères au suivi sage-femme définissent leur rôle comme étant beaucoup plus en interaction directe avec le bébé et présent auprès de lui, deux caractéristiques révélatrices de l’engagement paternel. » (p. 88-89)