Concilier travail et famille : un défi pour les milieux de travail. Plan d’action

Concilier travail et famille : un défi pour les milieux de travail. Plan d’action

Concilier travail et famille : un défi pour les milieux de travail. Plan d’action

Concilier travail et famille : un défi pour les milieux de travail. Plan d’actions

| Ajouter

Référence bibliographique [5545]

Villeneuve, Daniel. 2001. Concilier travail et famille : un défi pour les milieux de travail. Plan d’action. Montréal: Gouvernement du Québec, Conseil consultatif du travail et de la main-d’oeuvre.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La première section présente brièvement la problématique d’ensemble en dégageant CINQ CONSTATS PRINCIPAUX sur lesquels les parties s’entendent et se basent pour convenir de la nécessité d’agir dès maintenant. [...]
La deuxième section du document présente et explique le plan d’action adopté par le CCTM et ses organisations membres afin d’accélérer le développement des pratiques de conciliation travail-famille sur les lieux de travail. Ce plan propose TROIS MOYENS D’ACTION ainsi qu’une démarche pour les mettre en oeuvre. [...]
La troisième section propose des outils permettant à chaque milieu de travail d’adopter des mesures appropriées en tenant compte de son contexte et de ses besoins spécifiques. On y trouve des exemples de bonnes pratiques ainsi qu’une démarche pour les élaborer et les implanter. » (p. 5)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Ce document est le résultat d’un consensus entre les parties qui composent le Conseil consultatif du travail et de la main-d’oeuvre (CCTM), à savoir les employeurs représentés par le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et les Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ), ainsi que les syndicats représentés par la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).
En tant qu’organisme national regroupant les principales associations patronales et syndicales du Québec, le CCTM se trouve directement interpellé par la difficulté actuelle de concilier les exigences du travail avec les responsabilités familiales, car cette difficulté entraîne des conséquences coûteuses autant pour les entreprises que pour les employé(e)s et leurs familles.
Aussi, les parties estiment souhaitable que le plus grand nombre possible de milieux de travail adoptent des pratiques permettant de mieux concilier le travail et la famille, d’autant plus que ces pratiques sont avantageuses à la fois pour les entreprises et pour les travailleurs et les travailleuses. Dans le contexte actuel, marqué par l’accélération du changement et par l’importance stratégique que prennent les ressources humaines, le défi de la conciliation travail-famille constitue en fait un terrain des plus propice à l’innovation.
Au Québec comme ailleurs dans les sociétés industrialisées, des organisations commencent à mettre en place ce genre de pratiques : aménagement du temps de travail, congés, garderies en milieu de travail, cheminement de carrière adapté aux exigences familiales, etc. En outre, au cours des dernières années, une réflexion s’est amorcée au sein des milieux syndicaux et patronaux afin de mieux comprendre la problématique de la conciliation travail-famille et de pouvoir agir en conséquence. En diverses occasions, des représentants patronaux et syndicaux se sont également réunis afin d’échanger sur le sujet et de déterminer ensemble des actions à prendre.
Malgré ces progrès et ces efforts, les parties constatent que le développement des pratiques de conciliation travail-famille pourrait être beaucoup plus avancé qu’il ne l’est actuellement compte tenu de l’intérêt qu’elles présentent à la fois pour les employeurs et les employé(e)s. Comment expliquer ce ’retard’? Quelles actions concrètes peuvent être prises pour le surmonter et accélérer le développement de ces pratiques?
Ce document propose des réponses à ces questions. » (p. 5)