El desarrollo cognitivo hasta 12 meses del nino prematuro y el Programa Madre Canguro: Comparacion con ninos a termino

El desarrollo cognitivo hasta 12 meses del nino prematuro y el Programa Madre Canguro: Comparacion con ninos a termino

El desarrollo cognitivo hasta 12 meses del nino prematuro y el Programa Madre Canguro: Comparacion con ninos a termino

El desarrollo cognitivo hasta 12 meses del nino prematuro y el Programa Madre Canguro: Comparacion con ninos a terminos

| Ajouter

Référence bibliographique [5416]

Cristo Borrero, Martha. 2002. «El desarrollo cognitivo hasta 12 meses del nino prematuro y el Programa Madre Canguro: Comparacion con ninos a termino». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« 1. Mesurer le développement cognitif, à 6 et 12 mois d’âge corrigé, de deux groupes d’enfants (assignés à l’intervention Kangourou ou à l’intervention traditionnelle) nés prématurément et le comparer au développement cognitif d’un groupe d’enfants nés à terme.
2. Établir et comparer le patron de développement cognitif, entre 6 et 12 mois d’âge corrigé, pour les deux groupes d’enfants nés prématurément, soit assignés à l’intervention Kangourou ou à l’intervention traditionnelle et le comparer à celui obtenu pour le groupe d’enfants nés à terme. » (traduction libre, p. 40)
Questions/Hypothèses :
« 1. Le niveau de développement cognitif général et par sous-échelles, est meilleur, à 6 et 12 mois, chez le groupe d’enfants nés à terme comparativement aux enfants nés prématurément.
2. Le niveau de développement cognitif général et par sous-échelles, est meilleur, à 6 et 12 mois, chez le groupe d’enfants nés prématurément assignés à l’intervention Kangourou comparativement à ceux assignés à l’intervention traditionnelle. Il est aussi attendu que les enfants assignés à l’intervention Kangourou rencontreront les paramètres de développement intellectuels normaux avant les enfants assignés à l’intervention traditionnelle. » (traduction libre, pp. 40-41)

2. Méthode



Échantillon/Matériau :
« Les nourrissons des 2 cohortes proviennent de parents de milieux socio-économiques comparables. Ils sont nés à la Clinique San Pedro Claver de Bogota (Colombie).
Cohorte 1 : 454 enfants nés prématurément entre septembre 1993 et septembre 1994. Ils sont assignés, au hasard, soit à l’intervention Kangourou, soit à l’intervention traditionnelle.
Cohorte 2 : 73 enfants nés à terme entre février et juin 1996. » (traduction libre, pp. 41,42)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’objectif général de ce mémoire est de comparer le développement cognitif global et par sous-échelles (moteur, personnel-social, langage, coordination oeil-main et exécution) à 6 et à 12 mois d’âge corrigé chez 2 cohortes d’enfants (n=594). La première cohorte est constituée par [sic] des enfants nés à terme, en bonne santé et sans risque biologique ; la deuxième cohorte est constituée par [sic] des enfants prématurés, soit de poids adéquat pour l’âge gestationnel, soit hypotrophiques, assignés au hasard soit à l’intervention Kangourou (PMC) soit à l’intervention traditionnelle. Cette étude longitudinale fait des comparaisons de l’enfant avec lui-même durant l’année de suivi, avec le groupe de référence (cohorte d’enfants nés à terme sans risque biologique) et avec son groupe d’âge. Tous les enfants sont testés avec le Griffith, l’inventaire HOME, l’INFANIB et les échelles d’attitudes et de perceptions de la mère. De plus, des données socio-économiques et démographiques, sur l’enfant et sur la mère sont recueilles [sic] ainsi que des informations sur le déroulement de la grossesse et de l’accouchement.
La très grande majorité de nos enfants obtiennent des scores cliniquement normaux tant en ce qui concerne le QI global que le QD des sous-échelles. Cependant, il y a des différences statistiques significatives au niveau du QI global et du QD personnel-social entre les enfants à terme et les enfants prématurés. Les enfants à terme ont des patrons de croissance intellectuelle plus rapides. L’intervention kangourou a un effet de récupération (’catch-up’) sur le développement cognitif général et sur le QI moteur et personnel-social de l’enfant prématuré. Cet effet est plus significatif pour les sous-groupes d’enfants admis à l’unité de soins intensifs à la naissance et qui, ont un diagnostic neurologique transitoire (infanib) à 6 mois d’âge corrigé.
Les résultats sont discutés en fonction du rôle des facteurs de risque et de la maturation. L’effet de ’catch-up’ trouvé est expliqué à l’aide de deux des composantes du PMC soient : (a) le contact peau à peau; (b) le soutien émotionnel et l’éducation donnée à la mère et à la famille.
En conclusion, il n’y a pas de grande différence entre le QI des enfants à terme et prématurés. Le développement cognitif est le résultat des transactions complexes entre des variables biologiques (néonatales et périnatales) et socio-environnementales. L’intervention kangourou doit débuter tôt, même dans l’unité de soins intensifs. Cette intervention peut favoriser le développement cognitif de l’enfant et améliorer le rythme de croissance cognitif de l’enfant prématuré, pendant la première année de vie. » (pp. 1-2)

Note: Cette thèse est en espagnol; seul le résumé de celle-ci est traduit en français.