Les ''vieux copains'' et leur santé : participation sociale, entraide et recours aux services chez les aînés

Les ''vieux copains'' et leur santé : participation sociale, entraide et recours aux services chez les aînés

Les ''vieux copains'' et leur santé : participation sociale, entraide et recours aux services chez les aînés

Les ''vieux copains'' et leur santé : participation sociale, entraide et recours aux services chez les aînéss

| Ajouter

Référence bibliographique [5401]

Delisle, Marc-André et Ouellet, Hector. 2002. Les ''vieux copains'' et leur santé : participation sociale, entraide et recours aux services chez les aînés. Québec: Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« De façon plus précise, l’étude que nous voulions réaliser avait pour but d’examiner les rapports entre les loisirs, la participation sociale, le soutien de l’entourage et le recours aux services sociaux et de santé chez les aînés. » (p. 5)

Questions/Hypothèses :
« La recension des écrits que nous avons effectuée a permis de formuler les hypothèses qui suivent.
- Hypothèse générale :
Hg : Toutes choses étant égales par ailleurs, les aînés qui participent aux activités d’un groupe communautaire ont tendance à se comporter comme leur groupe en ce qui a trait à l’utilisation des services de santé et des services sociaux.
- Hypothèses particulières:
H1: Les individus qui appartiennent à un groupe exigeant une forte participation de ses membres sont susceptibles d’avoir des comportements de recours aux services plus homogènes que les aînés appartenant à un groupe qui encourage moins la participation de ses membres.
H2 : Les individus membres de groupes à forte cohésion sont davantage susceptibles d’avoir des comportements homogènes en matière de recours aux services sociaux et de santé que les individus qui appartiennent à des groupes à faible cohésion.
H3 : Cela implique que les membres de groupes à forte participation et à forte cohésion ont plus de chances d’avoir des comportements homogènes quant à l’utilisation des services sociaux et de santé que les individus appartenant à des groupes à faible participation et à faible cohésion.
- Hypothèses relatives aux variables concomitantes.
H4 : Toutes choses étant égales par ailleurs, les aînés les plus susceptibles d’utiliser les services sociaux et de santé sont: ceux qui ont beaucoup de problèmes; ceux qui sont culturellement orientés vers les services; ceux qui les connaissent bien; ceux qui sont en moins bonne santé; ceux qui ont un faible niveau de bien-être psychologique (santé mentale), de même que les personnes âgées qui vivent seules.
H5 : Chez les aînés, des variables comme le sexe, l’état civil, le soutien social, les contacts sociaux, le revenu, la scolarité, le type d’activités pratiquées et la durée de résidence peuvent également avoir une influence sur le recours aux services. » (p. 28-29)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« 360 personnes de la Rive-Sud de Québec associées à des groupes de l’âge d’or. » (quatrième de couverture)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La Maison des aînés de Lévis est un centre communautaire de gens âgés qui organise des activités ’d’animation, d’entraide, d’éducation, de ressources et de loisirs’ pour sa clientèle depuis 1993. Cet organisme est situé dans le Vieux-Lévis et plus précisément, sur le territoire de l’ancienne ville de Lauzon. La Maison des aînés s’adresse à une clientèle de huit mille gens âgés de condition modeste. Elle est dirigée par un conseil d’administration comprenant plusieurs aînés qui travaille en étroite collaboration avec le coordonnateur et une secrétaire administrative. Au fil des ans, la Maison des aînés de Lévis est devenue un carrefour et un lieu de rencontre pour les intervenants et les groupes communautaires de la Rive-Sud de Québec. Son rayonnement s’étend donc bien au-delà de la municipalité où elle se trouve. En 1995, la Maison des aînés a obtenu un octroi de la Régie régionale Chaudière-Appalaches, dans le cadre du Programme de subventions de recherche en santé publique, pour réaliser une étude sur la participation sociale et le recours aux services sociaux et de santé. Ont collaboré au projet : les auteurs de cet ouvrage, des bénévoles et des intervenants de la Maison des aînés de Lévis ainsi que des professionnels du CLSC Chutes-de-la-Chaudière-Desjardins et de la Direction de la santé publique, de la planification et de l’évaluation de la région Chaudière-Appalaches. La cueillette et l’analyse des données ont permis la production d’un document de faits saillants et d’un rapport de recherche qui furent diffusés de façon restreinte. Ces documents ont été utilisés par le comité aviseur de l’étude qui s’est transformé en comité du suivi, et qui s’est donné comme mandat de traduire les résultats de l’étude en pistes d’action. Certains résultats de cette étude ont été publiés dans des revues scientifiques et dans un ouvrage collectif. Cependant, l’ensemble de la recherche n’a jamais fait l’objet d’une publication. Or, cette recherche renferme d’autres informations ainsi que des références théoriques qui mettent en perspective les résultats obtenus. D’où la pertinence de les présenter dans un livre. Les résultats de l’étude sont rapportés de façon détaillée dans des tableaux statistiques et comparatifs, des graphiques, des encadrés et des figures. Il n’est pas nécessaire d’examiner tous les hors-texte pour prendre connaissance des faits saillants de la recherche. Ceux-ci ont été résumés à la fin de chacun des chapitres. Il en va de même de la méthodologie de l’étude qui est présentée de façon exhaustive au second chapitre. Les renseignements contenus dans ce chapitre devraient permettre aux lecteurs de saisir la portée des résultats. Les spécialistes pourront également consulter les notes méthodologiques qui figurent en bas de page à différents endroits dans le livre. Cet ouvrage comprend sept chapitres qui portent successivement sur : 1) les aspects théoriques de l’étude; 2) la méthodologie; 3) les caractéristiques des personnes rencontrées; 4) la vie familiale et sociale, et l’entraide; 5) les problèmes des aînés et les orientations de recherche d’aide; 6) la diffusion de l’information sur les services et leur connaissance par les répondants, et 7) l’utilisation des services. Dans la conclusion générale sont résumés les principaux constats de la recherche, et nous en dégageons des pistes d’action en nous inspirant des travaux du comité du suivi de la recherche. Puis, nous suggérons des voies à explorer pour de futures études comme celle-ci. » (p. 1-2)