L’État post-providence : de nouvelles politiques sociales pour des parents-producteurs. Une perspective comparée

L’État post-providence : de nouvelles politiques sociales pour des parents-producteurs. Une perspective comparée

L’État post-providence : de nouvelles politiques sociales pour des parents-producteurs. Une perspective comparée

L’État post-providence : de nouvelles politiques sociales pour des parents-producteurs. Une perspective comparées

| Ajouter

Référence bibliographique [5366]

Dufour, Pascale. 2002. «L’État post-providence : de nouvelles politiques sociales pour des parents-producteurs. Une perspective comparée ». Revue canadienne de science politique / Canadian Journal of Political Science, vol. 35, no 2, p. 301-322.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Dans un premier temps, nous retraçons l’évolution des politiques et des mesures dans ces deux domaines [politiques d’emploi et politiques à l’égard des familles et des enfants] d’intervention de l’État au Québec et en France; puis, nous proposons une interprétation du ’sens’ des discours produits par les acteurs dominants des réformes, les gouvernements, à partir d’une analyse des représentations sociales. Avant d’aborder le ’pourquoi’ de ces transformations, question qui dépasse largement notre propos, nous nous attachons à comprendre le changement et à en dégager certaines conséquences pour l’avenir des États-providence québécois et français. Enfin, la perspective comparée qui est la nôtre nous permet d’avancer, en conclusion, certaines généralisations à propos des sociétés appartenant à la même ’famille’ d’états-providence. » (p. 303)

2. Méthode



Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« La reconstruction des États-providence occidentaux se fait non plus autour de la figure du travailleur (masculin) à travers des politiques sociales tout entières tournées vers le monde du travail, mais autour de la figure du parent-producteur. L’auteur note alors une interpénétration croissante entre deux domaines des politiques sociales : les politiques de l’emploi et les politiques à l’égard des familles et des enfants. Si, dans le cas du Québec, ce changement redéfinit le coeur de l’action sociale des gouvernements fédéral et provincial, dans le cas de la France, la figure du sans emploi reste néanmoins dominante. » (p. 303)