La migration régionale : mieux comprendre le désir d’enracinement des élèves du secondaire au Saguenay–Lac-Saint-Jean

La migration régionale : mieux comprendre le désir d’enracinement des élèves du secondaire au Saguenay–Lac-Saint-Jean

La migration régionale : mieux comprendre le désir d’enracinement des élèves du secondaire au Saguenay–Lac-Saint-Jean

La migration régionale : mieux comprendre le désir d’enracinement des élèves du secondaire au Saguenay–Lac-Saint-Jeans

| Ajouter

Référence bibliographique [5343]

Gaudreault, Marco, Perron, Michel et Veillette, Suzanne. 2002. «La migration régionale : mieux comprendre le désir d’enracinement des élèves du secondaire au Saguenay–Lac-Saint-Jean ». Cahiers québécois de démographie, vol. 31, no 1, p. 123-150.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le regard que nous proposons de jeter sur le phénomène de l’enracinement se veut donc tourné vers des acteurs parmi les plus susceptibles d’être bientôt confrontés au dilemme de ’rester ou partir’, en l’occurence, des adolescents. Après avoir rappelé l’ampleur du phénomène de l’émigration et avoir présenté un aperçu de la situation démographique dans une région québécoise, celle du Saguenay-Lac-St-Jean (SLSJ), nous explorerons, à partir des données d’une enquête régionale réalisée auprès des élèves des écoles secondaires, les facteurs associés à leur désir d’enracinement sur ce territoire. » (p. 125)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
1665 élèves de secondaire 1 à 5

Instruments :
Questionnaire autoadministré
Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Au fil des années, plusieurs chercheurs se sont intéressés au phénomène de la migration des jeunes. Quant aux décideurs, ils sont de plus en plus préoccupés par les impacts négatifs de ces mouvements migratoires sur le développement local et régional. Après avoir examiné quelques tendances démographiques saguenéennes, les auteurs utilisent l’analyse discriminante pour cerner les facteurs associés au désir d’enracinement d’un échantillon aléatoire de 1665 élèves du secondaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Les résultats montrent que les filles sont plus nombreuses à vouloir quitter leur région (34,9 pour cent, comparativement à 26,5 pour cent des garçons). De plus, la propension à partir est partagée dans les mêmes proportions par les répondants de tous les âges. L’analyse met en lumière l’importance du contexte culturel (scolarité du père et occupation de la mère notamment) pour la construction des préférences résidentielles des adolescents. » (p. 123)