Le style parental chez les adolescents dépressifs, à troubles extériorisés ou délinquants

Le style parental chez les adolescents dépressifs, à troubles extériorisés ou délinquants

Le style parental chez les adolescents dépressifs, à troubles extériorisés ou délinquants

Le style parental chez les adolescents dépressifs, à troubles extériorisés ou délinquantss

| Ajouter

Référence bibliographique [5339]

Giguère, Jacinthe, Marcotte, Diane, Fortin, Laurier, Potvin, Pierre, Royer, Égide et Leclerc, Danielle. 2002. «Le style parental chez les adolescents dépressifs, à troubles extériorisés ou délinquants ». Revue Québécoise de Psychologie, vol. 23, no 1, p. 17-38.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette étude s’intéresse au style parental et aux différences liées au genre chez les adolescents dépressifs, à troubles extériorisés et délinquants. » (p. 17)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les données sont recueillies auprès de 782 adolescents, soit 421 garçons et 361 filles dont l’âge varie entre 12 et 16 ans » (p. 25)

Instruments :
- Pour la dépression : « Inventaire de la dépression de Beck (Beck, 1978; Bourque et Beaudette, 1982) (p. 25)
- Pour la délinquance : Échelle de la délinquance évélée du MASPAQ (Mesures de l’adaptation sociale et personnelle pour les adolescents québécois) (LeBlanc et Fréchette, 1994) » (p. 25)
- « Les problèmes de comportement extériorisés ont été mesurés par l’échelle des troubles du comportement (version enseignant) du Questionnaire sur les habiletés sociales (Gresham et Elliot, 1990; traduction du Social Skills Rating System) » (p. 26)
- « Le style parental a été mesuré à l’aide d’un instrument d’abord élaboré par Steinber, Lamborn, Dornbusch et Darling (1992) et validé en contexte québécois (Deslandes, 1996) » (p. 26)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Dans cette étude, « [l]’échantillon est constitué de sept cents quatre-vingt-deux participants de milieu scolaire âgés de 12 à 16 ans. Les instruments utilisés sont le Questionnaire de dépression de Beck, l’échelle des troubles du comportement extériorisé du Questionnaire sur les habiletés sociales (Gresham et Elliott, 1990), l’échelle de la délinquance auto-révélée des Mesures de l’adaptation sociale et personnelle pour les adolescents québécois (LeBlanc et Fréchette, 1994) et les Mesures du style parental (Steinberg, Lamborn, Dornbusch et Darling, 1992). Les résultats révèlent que les filles rapportent davantage de symptômes de dépression que les garçons, puis que les garçons manifestent plus de troubles extériorisés et de délinquance comparativement aux filles. La dépression et la délinquance sont prédits par un faible engagement et un faible encadrement parental chez les garçons et chez les filles. Les troubles extériorisés sont prédits par un faible encadrement parental et peu d’encouragement à l’autonomie chez les filles seulement. La variance expliquée du style parental sur la dépression et la délinquance est supérieure chez les filles que chez les garçons. » (p. 17)