Réfugié ou ''local staff''? : Changement de statut et enjeux de pouvoir au Kosovo d’après-guerre

Réfugié ou ''local staff''? : Changement de statut et enjeux de pouvoir au Kosovo d’après-guerre

Réfugié ou ''local staff''? : Changement de statut et enjeux de pouvoir au Kosovo d’après-guerre

Réfugié ou ''local staff''? : Changement de statut et enjeux de pouvoir au Kosovo d’après-guerres

| Ajouter

Référence bibliographique [5278]

Lafontaine, Annie. 2002. «Réfugié ou ''local staff''? : Changement de statut et enjeux de pouvoir au Kosovo d’après-guerre ». Anthropologie et Sociétés, vol. 26, no 1, p. 89-106.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cet article se penchera sur les implications individuelles et collectives de ce changement de statut. Il analysera la relation entre les dimensions normative et subjective de ces statuts qui, d’une part, sont le produit de catégorisations effectuées par des institutions internationales et qui s’inscrivent dans des discours particuliers et, d’autre part, constituent des expériences de vie qui se conforment à ce que les anthropologues ont appelé la ’tradition’, s’y confrontent ou la réinventent. » (pp. 89-90)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Parce que ’réfugié’ et ’local staff’ sont des catégories qui englobent un nombre important de personnes, cet article concentrera l’analyse sur l’expérience d’Albanaises du Kosovo âgées de 18 à 30 ans, résidant et travaillant à Pristina dans des organisations internationales, en prenant l’exemple d’une jeune femme que j’ai plus particulièrement connue étant donné qu’elle fut mon informatrice et devint une amie.»
(http://www.erudit.org/revue/as/2002/v26/n1/000704ar.html)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif
Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cet article porte sur les implications individuelles et collectives du passage du statut de réfugié à celui de ’local staff’. En effet, certains Albanais du Kosovo sont passés d’un statut à l’autre durant la guerre, après celle-ci et lors de l’exode massif du Kosovo au printemps 1999. En prenant l’exemple d’une femme en particulier, l’article étudie d’abord les relations entre les dimensions normatives et subjectives des statuts de réfugié et de local staff pour montrer ensuite comment ce transfert de statut entraîne deux phénomènes. D’une part, il permet l’acquisition de pouvoirs socio-économique, politique et familial qui avaient été, dans l’expérience de l’exil et du refuge, réduits au minimum. D’autre part, il provoque, surtout chez les femmes dans la vingtaine, des remises en question des mentalités et des valeurs qui ont largement contribué à la constitution d’une résistance des Albanais du Kosovo au régime yougoslave pendant les décennies 1980 et 1990. Finalement, ce statut, quoique temporaire, étant donné qu’il est lié à la présence éphémère des organisations étrangères au Kosovo, est un facteur de changement social qui ébranle certaines bases identitaires telles que l’organisation familiale albanaise.»
(http://www.erudit.org/revue/as/2002/v26/n1/000704ar.html)