Le mouvement familial au Québec, 1960-1990. Une politique et des services pour les familles

Le mouvement familial au Québec, 1960-1990. Une politique et des services pour les familles

Le mouvement familial au Québec, 1960-1990. Une politique et des services pour les familles

Le mouvement familial au Québec, 1960-1990. Une politique et des services pour les familless

| Ajouter

Référence bibliographique [5246]

Lemieux, Denise et Comeau, Michelle. 2002. Le mouvement familial au Québec, 1960-1990. Une politique et des services pour les familles. Sainte-Foy (Québec): Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre premier objectif est de faire un premier survol de l’histoire du mouvement familial, de décrire sa formation et d’en relever les grandes tendances ainsi que les implications sociales. » (p. 8)

2. Méthode



Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Dans le contexte d’expansion économique et de croissance de l’État qui caractérise les années 1960, la réorganisation des systèmes d’éducation, de bien-être et de santé entraîne un réaménagement des activités et suscite des intérêts concernant les familles. Des associations familiales nées de l’Action catholique, des associations créées autour de la réforme scolaire, de nouvelles associations de parents en quête de réformes, des associations féminines qui glissent vers le féminisme constitue le terreau d’un mouvement social créé dans la seconde partie des années 1960. Inspiré des mouvements européens, favorisé au départ par des leaders politiques, sociaux et religieux, le Mouvement familial poursuit ses objectifs au cours des années 1970, tandis que l’on assiste à la montée du mouvement des femmes. L’ouvrage retrace, à partir des documents et mémoires issus de 17 fédérations d’organismes familiaux ou à l’intérêt familial, comment la participation de ces groupements (et de plusieurs autres) à diverses activités et revendications, ainsi que leurs interactions avec l’État et avec le mouvement des femmes contribuent à la mise en place d’une politique familiale. Outre les domaines de la famille et des associations familiales au centre de l’analyse, cette étude ajoute des données inédites à l’historiographie du Québec moderne en traitant du changement social, de l’émergence des politiques et des institutions sous l’angle de l’apport des mouvements sociaux à ces transformations. » (quatrième de couverture)