Un outil d’évaluation du contexte de la maternité chez les consommatrices de substances illicites

Un outil d’évaluation du contexte de la maternité chez les consommatrices de substances illicites

Un outil d’évaluation du contexte de la maternité chez les consommatrices de substances illicites

Un outil d’évaluation du contexte de la maternité chez les consommatrices de substances illicitess

| Ajouter

Référence bibliographique [5201]

Morissette, Pauline, Lessard, Danielle et Venne, Marielle. 2002. «Un outil d’évaluation du contexte de la maternité chez les consommatrices de substances illicites ». Intervention, no 115, p. 64-74.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« En conclusion, les travilleurs sociaux occupent depuis longtemps une position stratégique quand il s’agit de dissiper la confusion qui règne touchant le risque réel pour l’enfant d’une mère consommatrice et ils doivent y demeurer les maîtres d’oeuvre. C’est dans ce but qu’on leur propose un outil pour systématiser leurs analyses. » (p. 73)

2. Méthode



Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Dans les années 1980, la toxicomanie maternelle devient l’objet d’une préoccupation particulière pour les intervenants sociaux américains et pour ceux de la santé. Au même moment, au Québec, les professionnels en périnatalité s’inquiètent de voir augmenter le nombre de femmes enceintes cocaïnomanes (Saint-Jacques, 1990, Venne, 1993); et, depuis cinq ans, on semble assister à une augmentation du nombre de consommatrices dans les grandes régions du Québec (Di Tommaso, 1999). [...]
Dans cet article, la complexité de l’évaluation et l’hétérogénéité des situations amènent les auteures à présenter un modèle permettant d’évaluer le contexte dans lequel s’inscrit la maternité des mères consommatrices. Ce modèle propose au lecteur des points de repère pour systématiser la collecte et l’analyse des données contextuelles et peut être particulièrement utile quand un intervenant doit prendre une décision en regard du devenir d’un nouveau-né ou d’un enfant plus âgé de mères consommatrices. » (pp. 64-65)