Quoi de neuf à propos de l’annonce de la déficience motrice cérébrale?

Quoi de neuf à propos de l’annonce de la déficience motrice cérébrale?

Quoi de neuf à propos de l’annonce de la déficience motrice cérébrale?

Quoi de neuf à propos de l’annonce de la déficience motrice cérébrale?s

| Ajouter

Référence bibliographique [5177]

Pelchat, Diane, Lefebvre, Hélène, Kalubi, Jean-Claude et Michallet, Bernard. 2002. «Quoi de neuf à propos de l’annonce de la déficience motrice cérébrale?». Dans Famille et situation de handicap : comprendre pour mieux intervenir , sous la dir. de Sylvie Tétreault, p. 13-26. Sherbrooke: Éditions du CRP / Université de Sherbrooke, Faculté d’éducation.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Présenter l’état de la recherche dans l’annonce de la déficience motrice.

2. Méthode



Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’annonce de la déficience motrice cérébrale (DMC) et des incapacités qu’elle engendre est une situation difficile à vivre pour les parents, les professionnels et les médecins. Une étude exploratoire a été menée afin de connaître l’expérience des acteurs concernés et de mieux cerner les difficultés qu’ils éprouvent. Elle a aussi donné lieu à une revue des travaux afin d’identifier les difficultés ressenties par les acteurs concernés dans l’annonce de la DMC.
Informer des parents que leur enfant a une déficience quelconque est une tâche éprouvante pour les professionnels et un événement traumatisant pour les parents. Même les mots que l’on utilise dans un tel contexte reflètent les malaises et les inconforts ressentis. Quoi dire ? À qui le dire ? À quel moment le dire? Peu importe le moment de l’annonce (avant, pendant ou après la naissance), il s’agit toujours d’une épreuve bouleversante pour les parents et difficile pour les professionnels. Certains auteurs parlent de ’rêve éclaté’ (Beaulieu, 1983), de ’Tristesse chronique’ (Bégin, 1991), d’une ’profonde blessure narcissique et de culpabilité’ (Boucher, Kemer et Piquet, 1989) pour exprimer ce que peuvent vivre les parents dans une telle situation. La naissance d’un enfant avec une déficience vient perturber l’équilibre de la famille qui doit traverser une période de stress intense, rendant la transition situationnelle difficile à surmonter (Schumacher et Meleis, 1994; Schlossberg, 1981). » (pp. 13-14)
Ce texte traîte dans une première partie de l’évolution dans la façon de faire l’annonce aux parents pour ensuite se pencher sur les facteurs qui influencent, dans un premier temps, l’expérience des parents et par la suite celle des professionnels et des médecins. Le texte se termine par un survol de la relation de confiance entre les parents, les professionnels et les médecins.