La conjugalité des jeunes adultes ayant vécu la séparation de leurs parents

La conjugalité des jeunes adultes ayant vécu la séparation de leurs parents

La conjugalité des jeunes adultes ayant vécu la séparation de leurs parents

La conjugalité des jeunes adultes ayant vécu la séparation de leurs parentss

| Ajouter

Référence bibliographique [5165]

Provencher, Claudine. 2002. «La conjugalité des jeunes adultes ayant vécu la séparation de leurs parents». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de démographie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« C’est pourquoi nous chercherons à cerner les effets de la rupture parentale de façon générale d’abord, pour ensuite distinguer selon l’âge des individus au moment de la séparation parentale. Nous tenterons également de mesurer l’impact du nombre de changements familiaux ainsi que la diversité des structures familiales sur la formation et la dissolution de la première union. »
Questions/Hypothèses :
« La montée du divorce, amorcée pendant les années 1970, a provoqué la brisure de nombreuses cellules familiales avec enfants. Ces jeunes, une fois devenus adultes, ont-ils une vie conjugale différente de ceux ayant grandi en présence des deux parents? »

2. Méthode



Échantillon/Matériau :
Les données de l’Enquête sociale générale de 1995 (cycle 10) sur la famille (ESG)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Nos résultats dévoilent que la mise en union chez les individus ayant vécu la rupture parentale s’effectue à un plus jeune âge que ceux qui ont grandi en présence des deux parents. Également, les premiers sont plus nombreux à avoir débuté leur vie conjugale à 25 ans. Ce constat vaut chez les hommes et chez les femmes à l’exception que les hommes retardent davantage leur première expérience conjugale. Qui plus est, ceux qui ont connu la rupture des parents choisissent davantage l’union libre au détriment du mariage. Au contraire, avoir connu une famille biparentale stable amène davantage les femmes à se marier tandis que les hommes ayant vécu la même expérience familiale ne montrent pas de préférence entre l’union consensuelle et l’union légale. Ceux et celles qui ont vécu la séparation parentale sont plus nombreux à avoir rompu avant la 12ième année d’union par rapport aux personnes qui ont toujours vécu avec les deux parents. De façon générale, ceux qui se sont mis en union libre sont plus nombreux à s’être séparés par rapport aux individus mariés, sans égard aux antécédents familiaux. » (p. iv)