Apprentissage social et changement institutionnel : la politique de ''l’investissement dans l’enfance'' au Canada et en Grande-Bretagne

Apprentissage social et changement institutionnel : la politique de ''l’investissement dans l’enfance'' au Canada et en Grande-Bretagne

Apprentissage social et changement institutionnel : la politique de ''l’investissement dans l’enfance'' au Canada et en Grande-Bretagne

Apprentissage social et changement institutionnel : la politique de ''l’investissement dans l’enfance'' au Canada et en Grande-Bretagnes

| Ajouter

Référence bibliographique [5123]

Saint-Martin, Denis. 2002. «Apprentissage social et changement institutionnel : la politique de ''l’investissement dans l’enfance'' au Canada et en Grande-Bretagne ». Politique et Sociétés, vol. 31, no 3, p. 41-67.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Soumettre à l’analyse critique et empirique les arguments teintés de déterminisme historique qui soutiennent que l’État-providence est une institution paralysée ou inamovible. Pour ce faire, l’auteur prend deux cas récents de réforme de politique sociale au Canada et en Grande-Bretagne.

2. Méthode



Échantillon/Matériau :
Deux cas de réforme de politique sociale canadienne et britannique, intitulées respectivement Plan d’action nationale pour les enfants et Children First.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« De plus en plus, les décideurs politiques reconnaissent l’importance des ’premières années de la vie’ comme un espace d’intervention méritant davantage d’attention et dans lequel l’État devrait faire des ’investissements sociaux’ plus importants afin de renforcer le capital humain des futurs travailleurs. Comment la thèse de l’austérité permanente mettant l’accent sur les processus de ’dépendance au sentier’ dans la réforme de l’État-providence peut-elle nous aider à comprendre l’émergence récente de ce que certains ont appelé le ’paradigme de l’investissement dans l’enfance’? Pour répondre à cette question, le texte utilise l’approche cognitive des politiques publiques pour étudier comment le savoir produit par des groupes sociaux et réseaux d’experts ont alimenté les récentes réformes de l’État-providence au Canada et en Grande-Bretagne. Si le retrait de l’État-providence a surtout été le fait d’une politique de résistance menée par des intérêts disposant de ressources institutionnelles conférées par des programmes sociaux du passé, cet article montre que les réformes actuellement entreprises au nom de ’l’investissement dans l’enfance’ sont aussi façonnées par les idées et les processus d’apprentissage social. » (p. 43)