Relation entre la négligence et la capacité de mémorisation et d’apprentissage verbal chez des enfants de 5 à 12 ans

Relation entre la négligence et la capacité de mémorisation et d’apprentissage verbal chez des enfants de 5 à 12 ans

Relation entre la négligence et la capacité de mémorisation et d’apprentissage verbal chez des enfants de 5 à 12 ans

Relation entre la négligence et la capacité de mémorisation et d’apprentissage verbal chez des enfants de 5 à 12 anss

| Ajouter

Référence bibliographique [5066]

Turgeon, Maryse. 2002. «Relation entre la négligence et la capacité de mémorisation et d’apprentissage verbal chez des enfants de 5 à 12 ans». Mémoire, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs

Intentions :
« L’objectif principal de cette étude est de vérifier si la négligence entraîne des altérations du fonctionnement mnésique dans les nouveaux apprentissages. » (14)
Questions/Hypothèses :
« La première hypothèse propose que les enfants négligés présenteront une dysfonction mnésique et non une amnésie ou un déficit majeur de la mémoire. [...] La seconde hypothèse propose l’existence d’une dysfonction des composantes exécutives de la mémoire chez les enfants négligés. » (15)


2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le groupe clinique est composé de 20 participants ayant vécu de la négligence, soit dix garçons et dix filles. Le groupe témoin est composé d’enfants appariés à ceux du groupe clinique, mais n’ayant pas subi de négligence. L’âge moyen des enfants est de 8 ans et 7 mois.

Instruments :
- NEPSY (Korkman, Kirk & Kamp, 1997)
- Wechsler Intelligence Scale for Children (WISC-III; Wechsler, 1991)
- Batterie Halstead-Reitan (Reitan & Davidson, 1974)
- Test d’Apprentissage Verbal de Californie pour Enfants (CVLT-C; Delis, Kramer, Kaplan et Ober, 1994), traduit par Lussier (1996).
Type de traitement des données :
Analyse statistique


3. Résumé


« La négligence chez les enfants est reliée à un contexte de vie qui peut entraîner des retards au niveau du développement, du fonctionnement intellectuel et du langage. La présente étude vise à vérifier si la négligence est liée à des déficits sur le plan de la mémoire et de l’apprentissage verbal chez des enfants d’âge scolaire. Cette recherche se base sur l’évaluation de vingt enfants négligés, âgés entre 5 et 12 ans, à l’aide du Test d’Apprentissage Verbal de Californie pour Enfants (CVLT-C). Leur performance est comparée à celle d’un groupe témoin, composé de vingt enfants ayant grandi dans un environnement sans négligence, apparié selon le genre, l’âge, la scolarité et le milieu socio-économique. Les résultats démontrent que les enfants négligés ont une capacité d’apprentissage verbal inférieure à celle des enfants témoins. Cette difficulté s’explique par le fait qu’ils utilisent beaucoup moins la stratégie de catégorisation sémantique. Par contre, les résultats démontrent qu’ils tirent profit de la tâche de reconnaissance. Il est donc possible de croire que leurs difficultés d’apprentissage relève d’un déficit de l’encodage/récupération plutôt que de l’emmagasinage. Enfin, il n’existe pas de différence significative entre les enfants négligés et les enfants témoins sur le plan des composantes exécutives en mémoire. Les résultats sont discutés à la lumière des effets d’un milieu pauvre en stimulations comme facteur explicatif de ce retard de développement de la mémoire et de l’apprentissage verbal. » (3)