Effet bénéfique d’un arrêt du travail avant l’accouchement

Effet bénéfique d’un arrêt du travail avant l’accouchement

Effet bénéfique d’un arrêt du travail avant l’accouchement

Effet bénéfique d’un arrêt du travail avant l’accouchements

| Ajouter

Référence bibliographique [5053]

Xu, Qian, Séguin, Louise et Goulet, Lise. 2002. «Effet bénéfique d’un arrêt du travail avant l’accouchement ». Revue canadienne de santé publique / Canadian Journal of Public Health, vol. 93, no 1, p. 72-77.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif de cette étude est d’examiner chez les travailleuses enceintes la contribution de la durée de l’arrêt du travail rémunéré avant l’accouchement sur le déroulement de l’accouchement à terme. » (p. 72)

Questions/Hypothèses :
« Le fait de travailler durant la grossesse entraîne le cumul des stress physiques et psychologiques. Ce cumul peut-il avoir un impact sur le déroulement de l’accouchement? » (p. 72)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La population de l’étude originale a été constituée des femmes qui ont accouché dans 4 hôpitaux de la région montréalaise en 1996 [...] 363 femmes qui ont travaillé durant la grossesse et ont mené leur grossesse à terme sont incluses dans l’étude. » (p. 73)

Instruments :
« Notre étude utilise des données d’une recherche portant sur la santé postnatale des femmes en relation avec leur emploi. [...] Les données de cette étude sont tirées d’un questionnaire utilisé lors de l’entrevue post-partum. La variable dépendante qui évalue l’effet de la durée du congé de maternité prénatal est le déroulement de l’accouchement qui est considéré difficile s’il y a eu complication ou intervention. » (p. 73)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Objectif : Identifier la contribution de la durée du congé de maternité avant l’accouchement au déroulement normal de l’accouchement à terme.
Méthode : les caractéristiques concernant le congé de maternité prénatal et le déroulement de l’accouchement ont été étudiées chez 363 travailleuses ayant accouché d’un enfant à terme dans 4 hôpitaux montréalais en 1996.
Résultats : la présence d’une intervention ou d’une complication au cours de l’accouchement est observée chez 68,9% des sujets. La durée moyenne de l’arrêt de travail avant l’accouchement est de 8 semaines (SD=7). La probabilité ajustée d’un accouchement difficile diminue significativement avec la durée de l’arrêt du travail (RC=0,96; IC à 95% = 0,93 - 0,99).
Conclusion : le fait d’avoir une période d’arrêt du travail rémunéré avant l’accouchement peut avoir un effet positif sur le déroulement facile de l’accouchement à terme. » (p. 72)