Un exemple de prise en charge de l’enfance dépendante au milieu du XIXe siècle : les orphelins irlandais à Québec en 1847 et 1848

Un exemple de prise en charge de l’enfance dépendante au milieu du XIXe siècle : les orphelins irlandais à Québec en 1847 et 1848

Un exemple de prise en charge de l’enfance dépendante au milieu du XIXe siècle : les orphelins irlandais à Québec en 1847 et 1848

Un exemple de prise en charge de l’enfance dépendante au milieu du XIXe siècle : les orphelins irlandais à Québec en 1847 et 1848s

| Ajouter

Référence bibliographique [5024]

Belley, Marie-Claude. 2003. «Un exemple de prise en charge de l’enfance dépendante au milieu du XIXe siècle : les orphelins irlandais à Québec en 1847 et 1848». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, Département d’histoire.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre regard ne portera donc pas sur l’ensemble du phénomène, mais sur la situation à Québec, principale porte d’entrée des émigrants dans les Canadas au XIXe siècle. De cette façon, il sera d’abord possible de connaître précisément l’identité des enfants, puis, le processus ainsi que les termes de leur prise en charge. Ainsi, nous espérons que ce travail contribuera non seulement à la compréhension générale de la prise en charge d’émigrants, mais aussi à celle des mentalités à l’égard des enfants au XIXe siècle ainsi qu’à celle de l’intégration de ces orphelins dans la société canadienne de la même époque. De plus, l’analyse proposée permettra de mieux connaître les structures institutionnelles dans lesquelles les orphelins irlandais sont arrivés ainsi que les motivations des intervenants. Plus particulièrement, nous tenterons d’identifier les liens en reliant ces intervenants: l’État, l’Église et la société. » (p. 14)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les listes de noms d’orphelins
La correspondance et les documents officiels des divers intervenants
Les articles de journaux
Le recensement de 1851-1852

Type de traitement des données :
Analyse de contenu et analyse statistique

3. Résumé


« En 1847 et 1848, la station de quarantaine de la Grosse-Île est submergée par une vague d’émigrants d’une ampleur sans précédent. Plusieurs centaines d’enfants sont alors pris en charge à Québec, principal port d’entrée dans les Canadas au XIXe siècle. Ces enfants sont un reflet de l’émigration de ces deux années. Seules leur condition d’orphelin et leur âge, combiné à leur nombre très élevé, justifient une étroite collaboration, pour leur prise en charge, entre l’État, l’Église et la population. Les raisons de cette implication sont propres à chacun des acteurs. L’État cherche à conserver un équilibre social, l’Église, outre l’aspect charitable de son engagement, cherche à améliorer sa situation sociale. La population motivée par un sentiment charitable et par les prêtres, trouve, en ces enfants, une aide précieuse sur les fermes ou dans les riches maisons de Québec. La plupart des orphelins ne sont pas adoptés et plusieurs doivent travailler pour subvenir à leurs besoins. Il est néanmoins permis de croire que la majorité d’entre eux sont bien traités par leur famille d’accueil. » (résumé)