Entre frères et cousins : L’expérience familiale des voyageurs de la seigneurie de Rivière-du-Loup dans le commerce des fourrures, 1788-1821

Entre frères et cousins : L’expérience familiale des voyageurs de la seigneurie de Rivière-du-Loup dans le commerce des fourrures, 1788-1821

Entre frères et cousins : L’expérience familiale des voyageurs de la seigneurie de Rivière-du-Loup dans le commerce des fourrures, 1788-1821

Entre frères et cousins : L’expérience familiale des voyageurs de la seigneurie de Rivière-du-Loup dans le commerce des fourrures, 1788-1821s

| Ajouter

Référence bibliographique [5010]

Blouin, Sonia. 2003. «Entre frères et cousins : L’expérience familiale des voyageurs de la seigneurie de Rivière-du-Loup dans le commerce des fourrures, 1788-1821». Mémoire de maîtrise, Ottawa, Université d’Ottawa, Département d’histoire.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Reconstituer l’expérience familiale des engagés de la traite de pelleterie de la seigneurie de Rivière-du-Loup dans le commerce des fourrures de 1788-1821.

Questions/Hypothèses :
« Que ce soit du point de vue démographique, géographique ou économique, les engagés de la traite des pelleteries ont assuré, à l’instar des missionnaires, des explorateurs et des autres figures de proue de l’histoire nord-américaine, une part du développement du continent. Mais qui étaient ces hommes au rôle historique riche et effacé? Pour quelles raisons quittaient-ils le Bas-Canada pour les contrées sauvages de l’Amérique du Nord? Qu’est-ce qui les poussait à s’engager comme canotiers devant pagayer quelque quinze heures par jour sur des centaines, voire des milliers de kilomètres? Subissaient-ils, au moment de prendre leur décision, l’influence de membres de la famille qui s’étaient faits voyageurs avant eux — ou du moins pouvaient-ils s’inspirer de l’expérience d’un parent qui les avait précédés dans le métier? » (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [T]rois principaux types de sources ont été utilisés. Nous avons d’abord porté notre attention sur les engagements des voyageurs conservés aux Archives nationales du Québec dans les greffes de sept notaires, à savoir Louis Chabouillez, John Beck, Johnathan Gray, Nicolas Doucet, Joseph Desautel, Henry Griffin et Joseph Cadet. […] Furent ensuite consultés les registres d’état civil de la seigneurie ainsi que ceux des paroisses avoisinantes que sont Maskinongé, Yamachiche, Saint-Léon-le-Grand et Sainte-Ursule […] Le papier-terrier de Rivière-du-Loup a aussi été étudié. D’autres sources ont également été mises à contribution. Nous n’avons qu’à penser aux recensements et registres paroissiaux de divers postes de traite ou établissements métis du centre du continent […]. » (p. 30)

Instruments :
Reconstitution des biographies et unités familiales de 157 des 237 voyageurs de Rivière-du-Loup.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Portant sur les voyageurs de Rivière-du-Loup qui se sont engagés pour la traite des fourrures entre 1788 et 1821, cette thèse fait connaître le profil socioéconomique des engagés de la seigneurie. En plus d’identifier les raisons qui poussèrent ces hommes à se faire pagayeurs, ce travail présente un bilan migratoire révélant que le commerce des pelleteries a davantage contribué à l’émigration des canotiers qu’à leur établissement. Cependant, l’objectif principal de cette recherche consiste à faire la lumière sur l’expérience familiale vécue par les voyageurs au sein de cette occupation. Il est principalement question de montrer que la présence familiale était un phénomène marquant qui impliquait surtout des frères et des cousins. Autrement dit, elle concernait avant tout des individus issus de la même génération puisque des arrêts de la pratique de la traite des fourrures auraient provoqué une rupture de la présence familiale intergénérationnelle. » (p. ii)