Monoparentalité et adaptation au marché dans la dernière réforme québécoise de l’aide sociale. Fondements idéologiques. Le minimalisme social au service du marché : ou la déconstruction des politiques sociales et leurs effets : analyses et comparaisons internationales

Monoparentalité et adaptation au marché dans la dernière réforme québécoise de l’aide sociale. Fondements idéologiques. Le minimalisme social au service du marché : ou la déconstruction des politiques sociales et leurs effets : analyses et comparaisons internationales

Monoparentalité et adaptation au marché dans la dernière réforme québécoise de l’aide sociale. Fondements idéologiques. Le minimalisme social au service du marché : ou la déconstruction des politiques sociales et leurs effets : analyses et comparaisons internationales

Monoparentalité et adaptation au marché dans la dernière réforme québécoise de l’aide sociale. Fondements idéologiques. Le minimalisme social au service du marché : ou la déconstruction des politiques sociales et leurs effets : analyses et comparaisons internationaless

| Ajouter

Référence bibliographique [5003]

Boivin, Louise. 2003. «Monoparentalité et adaptation au marché dans la dernière réforme québécoise de l’aide sociale. Fondements idéologiques. Le minimalisme social au service du marché : ou la déconstruction des politiques sociales et leurs effets : analyses et comparaisons internationales ». Travail emploi formation, no 4, p. 27-51.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le texte suivant analyse comment la construction idéologique du concept de dépendance, qui inspire la réforme québécoise [de l’aide sociale], est fondée sur une conception néolibérale, androcentriste et marquée par l’éthique du travail, qui maintient dans l’ombre la réalité complexe des mères seules au sein de la famille et du marché du travail ainsi que les rapports sociaux qui imprègnent cette réalité. » (p. 29)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteur cite et/ou critique les résultats de diverses études ayant trait à son sujet, parmi les plus importantes, notons : Jean-Yves Duclos et al., La dynamique de la participation à l’aide sociale au Québec : 1979-1993, Université Laval, 1996.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Tout comme la dernière réforme de l’aide sociale aux États-Unis et dans d’autres pays, au Québec, la plus récente réforme s’est appuyée sur l’idée d’une lutte contre la ’dépendance’, identifiée dans le discours politique et médiatique comme la principale tare à combattre pour le mieux-être des individus et de la société. Cette idée péjorative de dépendance à l’aide sociale se réfère implicitement à un comportement déviant et à l’attribution de la responsabilité du chômage aux individus. Elle est d’abord associée aux femmes cheffes de famille monoparentale — les mères seules, qui recourent à l’aide sociale mais elle s’étend aussi à d’autres catégories, dont celle des jeunes. Aujourd’hui, l’amalgame entre aide sociale et dépendance se propage de concert avec le renforcement des mesures coercitives axées sur l’adaptation au marché du travail, engendrant une forte pression sur les individus. Dans [ce texte], nous présentons rapidement la dernière réforme québécoise avant d’analyser la construction idéologique du problème associé aux mères seules et identifié par le concept de dépendance. Nous effectuerons cette analyse à la lumière des rapports sociaux qui imprègnent leur réalité complexe au sein de la famille et du marché du travail, et à l’aide de certaines données empiriques. » (p. 30)