L’union civile et les nouvelles règles de filiation : tout le monde à bord pour redéfinir la parentalité

L’union civile et les nouvelles règles de filiation : tout le monde à bord pour redéfinir la parentalité

L’union civile et les nouvelles règles de filiation : tout le monde à bord pour redéfinir la parentalité

L’union civile et les nouvelles règles de filiation : tout le monde à bord pour redéfinir la parentalités

| Ajouter

Référence bibliographique [4986]

Bureau, Marie-France. 2003. «L’union civile et les nouvelles règles de filiation : tout le monde à bord pour redéfinir la parentalité». Dans L’union civile. Nouveaux modèles de conjugalité et de parentalité au 21e siècle , sous la dir. de Pierre-Claude Lafond et Lefebvre, Brigitte, p. 385-399. Cowansville (Québec): Éditions Yvon Blais.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Réfléchir sur le lien qu’entretient le droit avec la famille, en rapport avec le débat sur la loi 84 au Québec et sur l’adoption des nouvelles dispositions sur la filiation au Code civil. Aussi, l’auteure veut redéfinir le concept de parentalité.

2. Méthode



Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Cette nouvelle loi [loi 84 au Québec] constitue donc un tremplin vers une redéfinition du lien parent-enfant. Ce qui m’amène à l’allégorie du bateau, à laquelle je fais référence dans le titre de ce texte. Le Québec a encore fort à faire pour repenser les concepts associés à la parentalité. Il suffit de penser à la parentalité de fait, à l’adoption, aux techniques de reproduction ou au rôle des différents parents dans le cadre des familles recomposées. Ce sont des enjeux qui ne concernent pas un groupe en particulier mais la société tout entière. Il est cependant difficile d’aborder une réflexion lorsqu’une partie de la population nage dans l’angoisse et s’épuise à garder la tête hors de l’eau. Maintenant que les parents, hétérosexuels comme homosexuels sont à bord du même bateau, maintenant que tous les enfants du Québec ont droit à une double filiation, on ouvre un espace citoyen, un pont sur lequel tous pourront contribuer aux débats futurs. » (p. 399)