L’aide apportée aux personnes âgées veuves ou divorcées au Canada : peut-on compter sur les enfants?

L’aide apportée aux personnes âgées veuves ou divorcées au Canada : peut-on compter sur les enfants?

L’aide apportée aux personnes âgées veuves ou divorcées au Canada : peut-on compter sur les enfants?

L’aide apportée aux personnes âgées veuves ou divorcées au Canada : peut-on compter sur les enfants?s

| Ajouter

Référence bibliographique [4974]

Carrière, Yves et Martel, Laurent. 2003. «L’aide apportée aux personnes âgées veuves ou divorcées au Canada : peut-on compter sur les enfants? ». Cahiers québécois de démographie, vol. 32, no 1, p. 139-153.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Questions/Hypothèses :
« Les personnes âgées séparées ou divorcées seront-elles en mesure de compter sur le soutien de leur réseau familial, plus particulièrement de leurs enfants, en cas de perte d’autonomie? Lorsqu’ils seront confrontés à une telle situation, les pères pourront-ils compter sur l’aide de leurs enfants au même titre que les mères? » (p. 141)

Intentions :
« La présente recherche a pour principal objectif d’apporter un début de réponse à ce questionnement en comparant, parmi la population âgée canadienne vivant en ménage privé, les personnes veuves à celles qui sont séparées ou divorcées. En contrôlant un certain nombre de caractéristiques sociodémographiques, comme l’étendue d’une partie du réseau informel et la présence de certains problèmes de santé, nous voulons mesurer l’effet de se trouver dans l’un ou l’autre de ces états matrimoniaux sur le recours à l’aide des enfants, source d’aide importante pour les personnes seules qui ont des enfants survivants (Carrière et coll., 2002). » (p. 141)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
1018 personnes composent un échantillon issu « du cycle 11,’Entraide et soutien social’, de l’Enquête sociale générale de 1996 réalisée par Statistique Canada. » (p. 142)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Lorsqu’une personne âgée est en perte d’autonomie, elle peut d’abord et avant tout compter sur son conjoint pour recevoir une partie importante de l’aide dont elle a besoin pour exécuter les activités de la vie courante. Toutefois, ce ne sont pas toutes les personnes âgées qui peuvent compter sur la présence d’un conjoint. Cet article s’intéresse plus particulièrement aux personnes âgées qui ont des enfants survivants, mais n’ont plus de conjoint en raison d’un décès ou d’une rupture d’union. [...] Par rapport aux veuves, les résultats montrent que les femmes séparées ou divorcées peuvent compter tout autant sur l’aide de leurs enfants. Il n’y a pas non plus de différence significative entre veufs et veuves. Toutefois, les hommes âgés séparés ou divorcés ont environ onze fois moins de chances de recevoir l’aide d’un de leurs enfants. » (p. 139)