La détresse vécue par les adolescents dont un parent est atteint de cancer avancé

La détresse vécue par les adolescents dont un parent est atteint de cancer avancé

La détresse vécue par les adolescents dont un parent est atteint de cancer avancé

La détresse vécue par les adolescents dont un parent est atteint de cancer avancés

| Ajouter

Référence bibliographique [494]

Rainville, François. 2010. «La détresse vécue par les adolescents dont un parent est atteint de cancer avancé». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce mémoire, présenté sous forme d’articles, « […] avait pour objectif de vérifier si les adolescents dont un parent est atteint de cancer avancé éprouvaient davantage de détresse psychologique que ceux de la population générale. » (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon recruté répond aux caractéristiques de la population à l’étude et est composé de 28 adolescents. Pour être inclus à l’étude, les participants devaient être des garçons ou des filles âgés entre 12 à 18 ans, et avoir un parent atteint de cancer avancé. Ce premier échantillon est comparé à un deuxième échantillon provenant de l’ESSEA (ISQ, 2002), qui sert en termes de groupe de comparaison et qui comprend 2346 adolescents âgés de 13 et 16 ans. » (p. 30)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Malgré que le cancer soit reconnu pour toucher tous les membres d’une famille atteinte, peu de recherches ont étudié son impact chez les adolescents. […] L’étude révèle que les adolescents de 15 à 18 ans ont éprouvé davantage de détresse que ceux de 12 à 14 ans. Aussi, ils ont éprouvé davantage de détresse que la population québécoise du même groupe d’âge, ce qui n’est pas le cas pour ceux de 12 à 14 ans. Avoir un parent atteint de cancer n’est pas une situation pathologique; il s’agit d’abord et avant tout d’un événement de vie difficile qui touche tous les membres d’une famille et pour lequel un soutien psychosocial approprié doit être accessible. » (p. ii)