Pour une politique universelle d’aide à la famille. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le document de consultation Scénarios de développement et de financement pour assurer la pérennité, l’accessibilité et la qualité des services de garde

Pour une politique universelle d’aide à la famille. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le document de consultation Scénarios de développement et de financement pour assurer la pérennité, l’accessibilité et la qualité des services de garde

Pour une politique universelle d’aide à la famille. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le document de consultation Scénarios de développement et de financement pour assurer la pérennité, l’accessibilité et la qualité des services de garde

Pour une politique universelle d’aide à la famille. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le document de consultation Scénarios de développement et de financement pour assurer la pérennité, l’accessibilité et la qualité des services de gardes

| Ajouter

Référence bibliographique [4937]

Conseil du patronat du Québec. 2003. Pour une politique universelle d’aide à la famille. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le document de consultation Scénarios de développement et de financement pour assurer la pérennité, l’accessibilité et la qualité des services de garde. Montréal: Conseil du patronat du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Présenter les commentaires du Conseil du patronat sur les scénarios de développement et de financement pour assurer la pérennité, l’accessibilité et la qualité des services de garde et proposer un quatrième scénario comme solution de rechange.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« L’intérêt manifeste du CPQ pour les questions sous-jacentes à une politique familiale, plus précisément de services de garde, tient compte de l’intérêt de ses membres pour ce qui est de la gestion des finances publiques et des choix de l’État dans un contexte de précarité budgétaire. Le CPQ s’exprime également sur la fiscalité des contribuables, employés ou entrepreneurs. Une autre dimension doit être incluse dans notre réflexion : la conciliation travail-famille. Les employeurs sont partie prenante au débat. En effet, un sondage commandé par le CPQ à la firme CROP, à l’automne 2001, révèle que la majorité (88 % des entreprises) considère que la difficulté d’harmoniser les responsabilités familiales et les obligations professionnelles a augmenté au cours des cinq à dix dernières années. Le dilemme que vivent fréquemment les employés et parents de jeunes enfants entre donc en ligne de compte. Dans cette enquête, 90 % des répondants expriment, au regard de certaines propositions ou mesures gouvernementales, que l’encouragement et l’aide financière aux garderies privées, aux garderies en milieu de travail et aux services de garde à domicile constituent les mesures les plus favorables. Dans l’ensemble, les entreprises souhaitent voir adopter des formules flexibles, plus près des besoins qui varient pour leurs employés et correspondant à la diversité des situations présentes dans les milieux de travail.
De ce fait, il nous apparaît difficile d’opter pour un des trois scénarios proposés, qui ne saurait répondre intégralement et favorablement à nos préoccupations. Nous estimons essentiel, dès lors, de brosser le tableau de certaines idées qui sont véhiculées et qui retiennent particulièrement notre attention. Cet exercice nous a amenés à explorer une autre avenue qui, certes, peut servir d’assises à un quatrième scénario dans lequel chacun pourrait y trouver son bénéfice. » (p. 1)